Joey Logano entre dans l’Histoire de la NASCAR

Parfois le soleil brille bien qu’il pleuve, demandez à Joey Logano ce qu’il en pense. Une averse en fin de course a forcé les officiels à arrêter les LENOX Industrial Tools 301 après 273 des 301 boucles à parcourir, offrant ainsi à Logano sa toute première victoire en NASCAR Sprint Cup.

Greg Zipadelli est le chef d’équipe, mais il sert également de mentor à son jeune pilote, et il ne cachait pas son émotion une fois la victoire officialisée. “Tu l’as eu, peu importe la façon gamin.”

Bien qu’il n’ait jamais bataillé avec les leaders, Logano a su remonter patiemment après sa crevaison pour se retrouver en lice pour la victoire suite à un coup de poker de Greg Zipadelli qui a laissé son pilote le plus longtemps possible en piste en voyant la pluie arriver sur les radars.

Après sa crevaison, Logano s’est fort logiquement retrouvé à un tour, mais il a su se mettre en position de Lucky Dog pour revenir dans le tour et ainsi tenter un pari sur la consommation en espérant que la pluie vienne raccourcir la longueur de l’épreuve disputée sur le New Hampshire Motor Speedway.

Le pilote de la Joe Gibbs Racing n’était pas le seul sur cette stratégie puisque Ryan Newman, Brad Keselowski, Michael Waltrip et David Reutimann entre autres, avaient eux aussi tenté ce pari, mais à l’exception de Keselowski et Reutimann, ils venaient de s’arrêter quelques instants avant la neutralisation.

Ce succès de Logano fait de lui le plus jeune vainqueur de la série à seulement 19 ans un mois et quatre jours. Il bat de plus d’un an le record de précocité qui était détenu par son équipier Kyle Busch depuis 2005. Cette victoire est presque ‘à domicile’ pour le pilote de la Toyota Camry n°20 puisqu’il a grandi à Middletown dans le Connecticut, ce qui fait du Magic Mile l’ovale le plus proche de chez lui.

Devant ses succès, dans un premier temps dans les séries régionales, puis depuis l’an dernier en Nationwide, Logano est de plus en plus appelé à être le successeur des Gordon et autres Johnson. S’il a été souvent en difficulté en début de saison, Logano a su montrer son potentiel grandissant au fur et à mesure que la saison avançait.

Toute l’après-midi sur le devant de la scène, Jeff Gordon s’est finalement classé deuxième juste devant Kurt Busch qui a croisé le fer avec Gordon pendant une bonne partie de l’épreuve. Reutimann sauve une quatrième place inespérée aux vues de sa course alors que le top-10 est complété par Tony Stewart, Brad Keselowski, Kyle Busch, Sam Hornish Jr., Jimmie Johnson et Kasey Kahne.

Casey Mears est le meilleur représentant de la Richard Childress Racing en onzième position juste devant Juan Pablo Montoya et les deux autres pilotes de la Hendrick Motorsports que sont Dale Earnhardt Jr. et Mark Martin.

C’est sous un ciel très gris que les pilotes se sont élancés devant un peu plus de 100 000 spectateurs. Dès le premier tour, Gordon a pris l’avantage sur Stewart qui est rapidement tombé dans le fond du top-10 du fait d’une voiture survireuse.

Le champion 2004 de la NASCAR Sprint Cup Series a ensuite pris la tête de l’épreuve avec Greg Biffle et Gordon à ses trousses. Johnson et Newman complétant le top-5.

Patrick Carpentier, qui pilotait pour le compte de la Tommy Baldwin Motorsports a été à l’origine du premier drapeau jaune après seulement quinze tours lorsqu’il est allé brosser le muret extérieur. Six tours plus tard c’est Jamie McMurray qui se mettait dans le mur ce qui forçait les officiels à neutraliser l’épreuve pour la deuxième fois de la journée.

Gordon relançait le peloton, mais trois boucles plus tard c’est A.J. Allmendinger qui partait en tête à queue dans le virage n°3. Kurt Busch reprenait les commandes de la course peu après la relance jusqu’au drapeau jaune de compétition, qui avait été repoussé de 12 tours par la NASCAR, afin de permettre aux différentes équipes de vérifier l’état des pneumatiques.

La relance était effective au 50ème tour et Jimmie Johnson, auteur du sweep au New Hampshire en 2003, prenait les rennes de la courses devant Gordon mais il ne fallait pas attendre longtemps, dix-neuf tours, pour voir une nouvelle neutralisation, suite au tête à queue de Michael Waltrip, bien aidé par Scott Speed.

Cela n’empêchait pas le triple champion en titre de la NASCAR Sprint Cup Series de conserver la tête et de se détacher pour compter une seconde d’avance sur Gordon. A mi-course, une nouvelle neutralisation permettait aux leaders de ravitailler et à Gordon de reprendre la tête après n’avoir pris que deux pneumatiques contre quatre pour Johnson.

Le gros accident de la course est survenu lors d’un nouveau restart au tour 176. Dale Earnhardt Jr. alors aux avant-postes n’a pas accéléré aussi franchement que les pilotes le précédant et a surpris Martin Truex Jr. qui était derrière lui. Kyle Busch a alors essayé de passer à l’extérieur de Truex, mais les deux pilotes se sont touchés s’en suivant un big one forçant les officiels à sortir le drapeau rouge pendant 12 minutes et 48 secondes.

Si le plus jeune des frères Busch s’en est sorti indemne, cela n’a pas été le cas pour Reutimann, Truex, David Ragan, Mears, Kevin Harvick, Jeff Burton et Brian Vickers. Truex, Vickers et Ragan resteront d’ailleurs sur le carreau avec cet accident.

Aliquam porta. Praesent leo commodo diam ut