De Ferran arrête et gagne (bis)

Il nous avait déjà fait le coup il y a six ans. A l’époque, Gil de Ferran courrait pour le compte du Team Penske en Indycar. Le Brésilien était toujours performant, en témoigne sa victoire à l’Indy 500 cette année-là, mais il avait décidé de mettre un terme à sa carrière de pilote. En fait, il était tellement performant qu’il s’était même permis de remporter sa dernière course. Ils ne sont pas nombreux à avoir pu faire la même chose !

Après avoir pris la direction de l’Europe et du Team Honda F1, Gil a pu développer un goût pour la direction d’équipe. Il n’était donc pas surprenant que le Brésilien finisse par décider de créer sa propre équipe. Le choix de l’ALMS et d’Acura non plus. En revanche, son retour en tant que pilote fut plus inattendu. C’est pourtant avec cette double casquette pilote/manager que Gil de Ferran a effectué son retour sur les circuits américains.

Et de Ferran a prouvé qu’il avait toujours de beaux restes. Aux côtés de Simon Pagenaud, il a sans aucun doute formé l’équipage le plus homogène en ALMS ces deux dernières années.

Les deux hommes l’ont encore prouvé ce week-end. Juste après avoir annoncé sa retraite, Gil de Ferran signait la pole-position pour la course de Mid Ohio. Parti en tête, Simon Pagenaud signait un relais de toute beauté avant de céder le volant à son patron. Celui-ci terminait le travail en coupant la ligne d’arrivée avec plus de huit secondes d’avance sur l’Acura de David Brabham et Scott Sharp (Highcroft Racing).

Une victoire qui permet au duo du De Ferran Motorsport de revenir à neuf points seulement de Brabham et Sharp.

Une victoire importante également pour l’équipe, car c’était à Mid Ohio que Gil de Ferran avait connu l’année dernière l’un des moments les plus difficiles de sa carrière de manager, quand Keith Jones, le ravitailleur de l’Acura n°66, avait été grièvement brûlé lors d’un ravitaillement.

Aujourd’hui rétabli, Keith Jones a réintégré son poste, et il était invité par son patron à monter sur le podium à l’issue de la course.

Beaucoup d’émotions donc pour Gil de Ferran : « Sans aucun doute, ce qui s’est produit ici l’an dernier a été un moment marquant pour l’équipe et pour moi-même. Mais au final, vous n’arrivez à rien si vous vous laissez submerger par l’émotion. Vous devez la garder au fond de vous et restez 100 % rationnel. Mais après avoir passé la ligne d’arrivée, je n’ai plus pu me retenir. »

Du côté des autres catégories, Adrian Fernandez et Luis Diaz ont remporté le LMP2, prenant ainsi une sérieuse option sur le titre. Jörg Bergmeister et Pat Long ont fait de même en GT2, dans une catégorie qui a vu les débuts des nouvelles Corvette. Celles-ci n’ont pas déçu, bien au contraire, puisqu’elles ont terminé deuxième et quatrième. Enfin, Melanie et Martin Snow ont gagné la « petite » catégorie Challenge.

Tout le petit monde de l’ALMS prend maintenant la direction du circuit de Road America, où va se disputer dès ce week-end la prochaine manche ALMS.

Gil de Ferran et Simon Pagenaud tenteront de décrocher une cinquième victoire consécutive et de réduire encore plus l’écart au championnat. Ni Gil ni Simon ne se sont déjà imposés sur ce circuit, considérée comme l’un des plus beaux en Amérique.

odio et, tristique vulputate, risus commodo leo velit, ut Curabitur dictum