Brian Vickers, au courage et au mérite

Avec Juan-Pablo Montoya, Brian Vickers est l’un des deux pilotes qui participera au chase pour la première fois de la carrière. Inutile de préciser que le pilote Toyota réalise actuellement sa meilleure saison en carrière. Son meilleur résultat au classement général avait été obtenu en 2006 lorsqu’il pilotait la Chevrolet n°25 de la Hendrick Motorsports : il s’était classé quinzième et avait décroché sa première victoire en carrière à Talladega.

Depuis, de l’eau a coulé sous les ponts et Vickers s’est engagé avec Red Bull et Toyota. Après une saison 2007 très moyenne (Brian Vickers a participé à seulement 23 courses mais en signant tout de même cinq top-10), 2008 a été une année charnière.

L’arrivée de la Joe Gibbs Racing a permis à Toyota de faire évoluer sa voiture avec une écurie de pointe. Evidemment, les autres équipes motorisées par le constructeur nippon en ont également profité. En 2008, Vickers avait raté le chase pour 200 points environ. La faute à des statistiques vraiment très moyennes sur short-track et routiers. De plus, que ce soit avec A.J. Allmendinger ou Scott Speed, le pilote Red Bull avait tendance à porter tous les espoirs de son écurie.

Cette année, Vickers a donc gagné sa place pour les playoffs pour la première fois de sa carrière. Et avec la manière : vainqueur au Michigan, le pilote Toyota a déjà signé quatre top-5 et treize top-10 cette année. Mais surtout, il s’est enfin amélioré sur les circuits routiers et les short-tracks, son plus grand défaut jusqu’ici.

Lors des dix dernières courses, le pilote Red Bull a commencé par abandonner au New Hampshire suite au carton entre Kyle Busch et Martin Truex Jr.. Avec environ 200 points de retard sur le douzième homme du général, Vickers devait sortir le grand jeu pour se qualifier pour le chase, malgré des obstacles comme Watkins Glen, Bristol ou encore Richmond. Et il l’a fait !

En neuf courses, son moins bon résultat est une douzième place à Bristol. Il a réalisé pas moins de sept top-10 (et même sept top-7) et à donc gagné au Michigan. Voilà comment le pilote Toyota a réussi à intégrer le top-12 pour la seconde fois seulement cette saison (il était onzième après la première course d’Atlanta).

La concurrence était coriace (Kyle Busch, Matt Kenseth, Clint Bowyer) mais le champion 2003 de la NASCAR Nationwide Series a su avoir confiance en lui et en son équipe. Le déclic tant attendu pour le pilote Red Bull a donc enfin eu lieu cette année. S’il n’est pas favori pour le chase, il peut jouer les troubles fêtes s’il conserve sa bonne dynamique actuelle. Après tout, sa saison est déjà réussie et il ne faut pas oublier que malgré ses débuts à temps complet datant déjà de 2004, Brian Vickers n’a que 25 ans.

consequat. ut Curabitur Praesent elit. Nullam Aliquam consectetur libero ut justo