Ses fans en rêvaient, Montoya l’a fait

Juan-Pablo Montoya est incontestablement l’une des grosses surprises de ce chase version 2009, avec Brian Vickers. Non pas que l’on doutait du talent de pilote du colombien, qui figure parmi les meilleurs du monde, mais la NASCAR, c’est différent.

Montoya aura donc mis deux ans à s’habituer au pilotage des voitures NASCAR, ce qui est tout de même relativement rapide. Passé de Dodge à Chevrolet lors de l’intersaison, Montoya s’est donné les moyens de réussir en devenant beaucoup plus régulier et moins fou fou qu’auparavant.

Ainsi, le colombien a passé quasiment toute son année installé dans le top-15 du classement général. Après un début de saison un petit peu poussif, Montoya a signé son premier top-10 à Bristol avant de récidiver au Texas. Mais son ascension vers le chase a vraiment commencée à partir de la première course de Pocono.

Depuis ce rendez-vous jusqu’à Watkins Glen, l’ancien pilote de Formule Un a signé neuf top-12 en neuf courses, pour passer de la quinzième place du général à la septième.

Il a également signé quelques coups d’éclat : dominateur à Indianapolis, Montoya voit la victoire lui échapper sur un coup de malchance. Second des Pennsylvania 500, il ne trouve qu’un pilote plus fort que lui en la personne de Denny Hamlin, mister Pocono. A Atlanta le week-end dernier, Montoya a terminé troisième alors qu’il était en lutte pour la victoire jusque dans les derniers tours.

Dix-neuvième à Richmond, Montoya a assuré, en perdant pas mal de places en fin de courses, mais cela ne l’a pas empêché de valider son billet pour les playoffs en terminant dixième du championnat après la saison régulière.

Toujours est-il que Montoya ne doit pas sa qualification pour le chase au hasard. Sa régularité cette année, sa faculté à aligner les bons résultats, même sur les short tracks qui demeuraient son point faible, ont fait que le pilote Earnhardt-Ganassi se retrouve aujourd’hui à jouer le titre dans la catégorie reine de la NASCAR, en tant qu’outsider de luxe.

ante. libero Aenean venenatis risus. porta. Lorem