2000-2009 : une décennie de NASCAR Sprint Cup Series (4/10)

2003 : une page se tourne
A Daytona, pour l’ouverture de la saison, Michael Waltrip remportait la course, bien aidé par la pluie qui a définitivement interrompu la course alors que 109 des 200 tours avaient été parcourus. Mais l’image de la course restera le crash de Ryan Newman, qui dans la ligne droite avant, après avoir été percuté par Ken Schrader s’envolait en tonneaux dans l’herbe.

La cinquième levée de la saison se tenait sur le Darlington Raceway et cette arrivée allait être la plus serrée depuis l’instauration du chronométrage électronique en mai 1993. Ricky Craven et Kurt Busch étaient à la bataille dans les derniers tours de cette course n’hésitant pas à se toucher et à se pousser l’un l’autre dans le mur extérieur. Heureusement pour eux, ils avaient une avance suffisamment importante sur le troisième de la course, Dave Blaney, qui dans ces derniers tours, avait la meilleure voiture, en tout cas celle qui était dans le meilleur état parmi les hommes de têtes.

En tête sous le drapeau blanc, comme lors des tours précédents, Kurt Busch pensait bien tenir la victoire, mais à la sortie du virage 4, Craven a réussi à se porter à la hauteur de Kurt et pour trois millièmes de seconde, il a glissé le nez de sa Pontiac Grand Prix devant la Ford Taurus. Cette victoire sera la dernière de Pontiac qui se retirera au terme de la saison.

Lors des essais précédant la première épreuve de Richmond de la saison, c’est Jerry Nadeau qui terminait dans le mur du virage n°1. Ce crash, qui n’était qu’un simple tête à queue, allait s’avérer bien plus grave, puisque Nadeau sera transporté à l’hôpital, puisque souffrant des côtes, du poumon et de la tête. Opéré puis en rééducation pendant de nombreuses semaines, Nadeau à attendu la fin d’année 2009 pour tenter un retour à la compétition. Il était dans les garages de Phoenix en Novembre pour trouver un volant en Grand-Am pour 2010.

A Darlington, le 31 août, c’est une page de l’Histoire de la NASCAR qui s’apprête à se tourner avec la dernière édition des Southern 500. Le calendrier étant fixé à trente-six courses et avec l’arrivée de nouveaux complexes ultra-modernes et dotés de capacités d’accueil énorme, la NASCAR a dû faire le tri et l’ovale de Darlington, dont les infrastructures sont assez vétustes et où le nombre de place est limité a perdu une date. L’autre ovale historique qui a tout perdu est celui de Rockingham. Point commun entre ces deux cites, ils sont tous les deux en Caroline du Sud, là où les nouveaux complexes sont à l’Ouest.

C’est Terry Labonte qui allait enlever cette manche après plus de quatre ans sans victoire. Le dernier succès d’Iceman remontait à la saison 1999 lors de l’épreuve disputée sur le Texas Motor Speedway.

Pour la seconde course à Richmond, c’est l’après-course qui allait être chaude, puisque Kevin Harvick, qui avait eu à faire à Ricky Rudd durant l’épreuve, s’est expliqué avec ce dernier dans la voie des stands après le drapeau à damier. Les deux voitures, se sont immobilisées côte à côte et des noms d’oiseaux ont alors fusé entre les deux pilotes. Les mécaniciens des deux équipes s’en sont même mêlés et ont réussi à écarter Harvick de la bagarre.

A Talladega, c’est Elliott Sadler qui allait joué les cascadeurs. A sept tours du but, touché par Kurt Busch il allait partir dans l’herbe dans la ligne droite arrière avant de partir en tonneaux. Heureusement, plus de peur que de mal pour le pilote de la Robert Yates Racing. Michael Waltrip remportera cette course devant son équipier de l’époque Dale Earnhardt Jr. et Jeff Gordon.

Matt Kenseth remportera le titre avec une seule victoire là où son dauphin, Jimmie Johnson en avait trois. Mais la régularité du pilote de la Roush Fenway Racing aura été exemplaire. Certes il n’avait que onze top-5, mais il comptait vingt-cinq top-10, alors que Johnson avait outre ses trois succès, quatorze top-5 mais seulement vingt top-10.

Ryan Newman, qui a signé huit succès, mais surtout onze poles position en trente-six courses n’a pu faire mieux que sixième du classement. En deux saisons complètes, Newman comptabilisait dix-sept poles !

2003 marquait la trente-troisième et dernière saison avec Winston comme sponsor titre de la première division de la NASCAR, dès la saison suivante il serait remplacé par le géant de la télécommunication, Nextel. Dès lors il fallait parler de NASCAR Nextel Cup Series.

A venir :

– 2004 : nouveau sponsor, nouveau format, nouveau champion

diam ipsum adipiscing facilisis ante. tempus justo libero. elit. vulputate,