Trois solutions Dallara pour 2012

Depuis une année, l’IndyCar est sans aucun doute la série qui évolue le plus. Entre les modifications d’organigramme, de calendrier, de règlement, c’est désormais au tour des monoplaces de se transformer.

2012 préfigure une année charnière pour la monoplace américaine. Nouveaux châssis et nouveaux moteurs ayant pour but de réduire les coûts d’acquisition et d’exploitation. Pour cela, deux projets s’opposent : d’un côté le “Delta Wing” mené par un groupe de patrons d’écuries dont le projet sera présenté le 10 février. De l’autre, des châssis conventionnels qui pourraient être fournis par Dallara Automobili, Swift ou Lola. Le premier à dégainer est le constructeur italien qui a révélé trois formes de monoplaces différentes.

Sa proposition répond au Cahier des Charges rédigé par les officiels de l’Indycar et qui comprend les éléments suivants :

Sécurité : le nouveau châssis doit répondre aux exigences actuelles de sécurité tout en ouvrant de nouvelles possibilités destinées à améliorer toutes les parties de la voiture.

Utilisation : le nouveau châssis doit permettre aux participants d’offrir un niveau de spectacle égal à celui existant et qui représente la marque de fabrique de l’IndyCar. Il devra supprimer les effets néfastes des turbulences.

Coûts : La série continue de travailler sur la réduction des coûts pour les participants du championnat. Ce point est la priorité en ces temps de crise économique. (Dallara annonce une réduction de 55% des coûts grâce à ses solutions)

Lieu de construction : Le nouveau châssis devra être construit aux Etats-Unis, de préférence dans l’état de l’Indiana. (actuellement les châssis Dallara proviennent d’Italie)

Réduction de poids/Meilleure efficacité : un châssis plus léger avec une efficacité aérodynamique améliorée.

Technologie pertinente : la nouvelle monoplace devra utiliser une technologie en accord avec son époque et transposable sur des véhicules de série.

Un look moderne : la nouvelle voiture offrira plus d’espace pour afficher le logo des sponsors et des voitures facilement reconnaissables.

Ecologie : l’IndyCar s’impose de rester en position de leader au niveau de l’écologie dans le monde des sports mécaniques.

L’ensemble des trois monoplaces proposées par Dallara répond parfaitement aux exigences de l’IndyCar. Grâce notamment à une importante perte de poids au niveau du châssis, le moteur n’aura plus besoin de délivrer autant de puissance qu’actuellement. Les officiels parlent de plusieurs solutions dont un V6 turbocompressé ou un 4 cylindres turbocompressé développant 350 chevaux.

Voici les déclarations de Gian Paolo Dallara :
La nouvelle monoplace d’IndyCar sera produite à Indianapolis et établira de nouveaux standards en termes de sécurité, de consommation de carburant, d’exploitation sur différents types de circuits, de technologie et de maîtrise des coûts. Nous atteindrons tous ces objectifs.

Pour illustrer le travail de Dallara, prenons par exemple la maîtrise des coûts. L’objectif a pu être atteint en partie grâce à la réduction du nombre de composants spécifiques à chaque type de circuit.

Du côté des officiels, Brian Barnhardt, Responsable de la Compétition, ne cache pas la complexité de proposer un châssis répondant aux caractéristiques très particulières du championnat IZOD IndyCar.
Notre châssis est le challenge le plus complexe dans le monde des sports mécaniques à cause de la variété des circuits sur lesquels nous courrons. Il doit être dessiné pour rouler à 235mph sur l’Indianapolis Motor Speedway, et protéger les pilotes et les spectateurs en cas d’accidents importants. Il doit pouvoir rouler sur les superspeedways, les speedways, les petits ovales et les circuits routiers et urbains.

commodo Aenean ut id, libero. consectetur facilisis suscipit justo venenatis, consequat. non