Kevin Harvick remporte un Shootout explosif !

Le Budweiser Shootout n’a peut-être jamais aussi bien porté son nom de Shootout. Tous les pilotes engagés sur cette épreuve nous ont offert un feu d’artifice sur la piste ! Un spectacle que les fans de NASCAR attendaient de revoir depuis longtemps. Une course magnifique et une arrivée incroyable.

Après une neutralisation à seulement six tours du drapeau à damier, le deuxième de la course pour Michael Waltrip, envoyé en travers par Ryan Newman, toutes les conditions étaient réunies pour nous offrir une arrivée spectaculaire devant une foule déjà débout.

Kevin Harvick, écarté de activités en piste depuis une semaine à cause de la grippe, a finalement réussi à prendre l’avantage à deux tours de l’arrivée pour remporter la course.

L’épreuve s’est en fait terminée sous drapeau jaune quand la voiture de Greg Biffle a crevé déclenchant un accident ayant impliqué huit voitures derrière le vainqueur Harvick. Kasey Kahne a terminé deuxième devant Jamie McMurray.

Avant de prendre le départ du Budweiser Shootout, le vainqueur sortant, qui n’avait pas bouclé un tour depuis le début de la saison, avait expliqué à la chaine de télévision FOX : “je viens chercher ma paye ce soir.”

Et c’est ce qu’il a fait. Harvick a roulé à l’avant du peloton ou dans le groupe des leaders pendant quasiment tout le dernier segment de 50 tours et a résisté aux grosses attaques de Tony Stewart et McMurray. Dans le peloton, les pilotes survoltés n’ont pas arrété une seconde de se bousculer redonnant aux fans un spectacle auquel il n’était plus habitué depuis quelques années.
Carl Edwards semblait être l’homme à battre samedi soir à Daytona, dominant les 25 premiers tours, mais il a été écarté de la trajectoire à 30 tours de l’arrivée avant d’être impliqué dans l’accident en fin d’épreuve.

La victoire d’Harvick au volant de sa Chevrolet de la Richard Childress est la deuxième en deux ans sur cette épreuve. Un doublé qui lui permet d’empocher 200000$.

Le Top-10 a été complété par Kyle Busch, Denny Hamlin, Jeff Gordon, Joey Logano, Brian Vickers, Stewart et Montoya. Le poleman Edwards a mené le premier segment de 25 tours avec Vickers collé à son pare-choc au volant de sa Red Bull Toyota.

Après seulement quelques tours, les voitures ont commencé les hostilités en bumpant à tout va sur le célèbre Superspeedway de 2.5 miles.

Après 10 tours, Edwards était toujours en tête devant Harvick et Stewart. Derrière ce trio nous retrouvions Jimmie Johnson, Kahne, Biffle, Vickers, McMurray, Earnhardt Jr. et Kenseth. Johnson, qui s’était élancé depuis la 16ème place sur la grille, a tout doucement et méthodiquement remonté le peloton comme il l’a très souvent fait ces quatre dernières saisons.

Au passage des 20 tours, Stewart est venu disputer la tête de la course à Edwards bien aidé par un Push de Kahne. Au même moment, Harvick s’est lui aussi montré plus menaçant offrant aux fans un duel à quatre très spectaculaire.

L’action sur la piste était au rendez-vous, probablement grâce à l’utilisation des plus grosses plaques de restriction depuis les victoires de Darrell Waltrip aux Daytona 500 en 1989.

Alors que les pilotes s’apprêtaient à rentrer aux stands à la fin du premier segment de 25 tours, Michael Waltrip a déclenché la première neutralisation de la course en partant en tête à queue dans le virage n°2. Edwards était toujours en tête devant Stewart dans un mouchoir de poche. Kahne était troisième suivi par McMurray, Harvick, Vickers, Johnson, Biffle, Burton et Gordon.

Bien que cela n’est pas été une partie de plaisir, Edwards a réussi à mener tous les tours du premier segment. Stewart s’est montré menaçant pendant les 25 boucles, mais le pilote de voiture n°99 était toujours le premier à passer sur la ligne.

eleifend ipsum id Aenean elit. risus odio luctus ante. ipsum felis