Le coup de tonnerre DeltaWing Racing

Le 10 février restera une date historique pour l’IndyCar. Annoncé depuis une année, le projet Delta Wing n’a cessé de faire parler de lui depuis que le groupe de travail (composé de Michael Andretti, Eric Bachelart, John Barnes, Tony George, Roger Penske, Dennis Reinbold, Kevin Kalkhoven, Keith Wiggins, Chip Ganassi et Ben Bowlby) sous l’impulsion de Ganassi s’est penché sur une nouvelle voiture censée améliorer le spectacle.

Toujours annoncé comme étant révolutionnaire, personne ne pouvait imaginer une seule seconde les formes définitives de la monoplace dessinée par Ben Bowlbi, illustre designer de Lola de 1991 à 2002. En 2003 Bowlbi intégra l’écurie Chip Ganassi Racing et participa grandement au titre de Scott Dixon. Pour arriver à leurs fins, DeltaWing Racing est parti de la problématique suivante : « Quel type de monoplace pourrait atteindre des performances supérieures tout en améliorant le spectacle pour un budget nettement inférieur ? ».

La réponse à cette problématique est la voiture désormais célèbre. Voici quelques spécifications techniques :

  • Poids : 467 kg
  • Motorisation : 4 cylindres, 2 litres turbocompressé pour un poids de 72,5kg
  • Puissance : 300 chevaux
  • Répartition des masses : 72,5% à l’arrière
  • Transmission : 6 rapports sur ovales et 5 rapports + marche arrière sur routiers
  • Répartition de l’appui aérodynamique : 80% à l’arrière
  • Répartition des masses : 72,5% à l’arrière

Tous ces paramètres parmi tant d’autres ont permis d’atteindre les objectifs initialement fixés par DeltaWing. La voiture a été testée par simulation sur l’ensemble des circuits du calendrier IndyCar et surpasse dans tous les domaines l’actuelle Dallara. L’accélération est grandement améliorée du fait de l’appui et des masses majoritairement concentrés sur le train arrière. Le freinage est également bien meilleur grâce à l’entraxe réduit entre les roues avant. Ainsi lorsque le pilote freine en appui, la roue intérieure ne se soulève plus et garde un contact optimum avec la piste. Enfin sans ailerons et avec ses roues protégées par sa carrosserie, la voiture génère moitié moins de trainée aérodynamique.

La DeltaWing devrait permettre aux écuries de s’équiper pour environ 600 000 dollars moteur inclus.

Pour se faire une idée de son comportement en piste, DeltaWing Racing a simulé deux séances d’essais à Mid-Ohio et Indianapolis sur RFactor.

simulation à Mid Ohio :

Simulation à Indianapolis :

risus. sed leo at Lorem Sed Nullam