Jamie McMurray remporte les Daytona 500

Jamie McMurray a donc remporté dimanche soir la 52ème édition des Daytona 500, “The Great American Race”. Le nouveau pilote de la Earnhardt-Ganassi Racing aura tout de même attendu le troisième green-white-checkered avant de pouvoir remporter sa plus belle victoire en carrière.

McMurray n’a eu qu’à résister au retour de Dale Earnhardt Jr. dans le dernier tour de la course. Le pilote Hendrick a réussi à remonter de la dixième à la seconde place lors du dernier restart et si les fans y ont cru jusqu’au bout, Earnhardt n’a jamais été en mesure de dépasser le futur vainqueur.

De retour dans la famille Ganassi après avoir passé quatre ans au sein de la Roush Fenway Racing, McMurray a donc déjà remercié à sa façon son propriétaire en lui offrant la plus belle des victoires possibles en NASCAR. Et dire qu’il avait failli se retrouver sans volant pour cette saison…

Si le vainqueur de ce rendez-vous est assez surprenant (McMurray était loin d’être le pilote le plus pronostiqué), ce n’était vraiment rien comparé au déroulement de cette épreuve. En effet, les Daytona 500 version 2010 auront duré plus de six heures puisque les officiels ainsi que les membres du Daytona International Speedway auront mis plus de deux heures et deux drapeaux rouges afin de combler un trou présent dans le virage n°2.

Les officiels auront d’abord mis plus d’une heure et demi pour combler ce maudit trou qui n’aura pas résisté bien longtemps au passage répété de ce peloton de furieux. Finalement, la seconde fois sera la bonne mais il est maintenant clair que la surface de Daytona devra être refaite au plus vite, si possible avant la course de juillet.

Greg Biffle a terminé troisième, soit son meilleur résultat aux Daytona 500. Le pilote Roush a été suivi par Clint Bowyer, David Reutimann, Martin Truex Jr. et le vainqueur du Bud Shootout Kevin Harvick. Le pilote RCR a mené le plus grand nombre de tours et semblait en mesure de jouer la gagne jusqu’au dernier restart. Malheureusement pour lui, il n’était pas dans la bonne file lors de la dernière relance de la journée.

Le vainqueur sortant Matt Kenseth a terminé en huitième position devant son coéquipier Carl Edwards et l’ancien pilote de Formule Un Juan-Pablo Montoya. La course a compté pas moins de 21 leaders différents, ce qui est le nouveau record de l’épreuve. Autre statistique, McMurray est le vainqueur ayant mené le moins de tours avec seulement deux boucles en tête.

Le quadruple champion en titre Jimmie Johnson aura connu son premier abandon de l’année avec un essieu arrière capricieux en fin de course. Il se classe finalement 35ème.

Parti depuis la pole position, Mark Martin menait les premiers tours avant que Brad Keselowski ne parte en tête à queue suite à une crevaison. Il emmenait avec lui son coéquipier Sam Hornish Jr. et le jeune Regan Smith.

Lors du restart au 13ème tour, Martin était toujours en tête devant son coéquipier Dale Earnhardt Jr., Montoya et Denny Hamlin. Ces quatre pilotes avaient décidé de ne pas s’arrêter lors de ce premier drapeau jaune.

Kevin Harvick prenait la tête au 21ème tour alors que le peloton commençait à s’exciter. Lors de la trentième boucle, Kurt Busch pointait le bout de son museau en tête d’épreuve avec Elliott Sadler. Au 38ème tour, les quatre pilotes ayant séché l’arrêt collectif devaient passer par leur stand respectif pour la première fois de la journée.

Au 46ème tour, A.J. Allmendinger s’emparait du commandement et s’échangeait la tête avec le seul pilote Penske rescapé du premier crash. Au 50ème tour, tous les pilotes avaient réalisé leur arrêt sous drapeau vert et le champion 2004 menait de nouveau la danse devant Allmendinger alors que Johnson était remonté en troisième position.

La seconde intervention de la voiture de sécurité arrivait au 60ème tour après le tête à queue de Joe Nemechek entre les virages trois et quatre. Les leaders en profitaient pour rentrer aux stands et Kyle Busch se mettait en évidence en ratant ses marques et en perdant six places.

Un troisième drapeau jaune fit son apparition au 71ème tour suite à un tête à queue de Mike Bliss. Au 100ème tour Jeff Gordon menait devant Bowyer, Biffle, Kyle Busch et Elliott Sadler.

Les soucis arrivaient ensuite au 118ème des 200 tours initialement prévus avec un premier drapeau rouge d’une heure quarante. Le second drapeau rouge, toujours pour nettoyer et refaire cette piste de Daytona, n’aura duré ‘que’ quarante minutes.

consectetur non vulputate, elit. felis vel, venenatis ut velit, sem, amet, suscipit