John Force de retour au sommet!

Le pilote le plus victorieux dans l’histoire de la NHRA, John Force, a retrouvé le chemin de la victoire après 20 mois sans succès. Il s’est imposé dans la catégorie Funny Car des 50ème Kragen O’Reilly NHRA Winternationals alors que Larry dixon et Mike Edwards s’imposaient en Top Fuel et en Pro Stock.

Cette victoire en Funny Car sur l’Auto Club Raceway de Pomona, est la 127ème en carrière pour Force et elle a été décrochée lors de sa 203ème finale. Mais c’est la première victoire depuis l’épreuve de Topeka en 2008 soit il y a 623 jours. La victoire de Dixon en Top fuel est également très importante pour cette équipe qui n’avait pas réussi à se qualifier à Pomona la saison dernière. En Pro Stock et malgré l’inter-saison, le champion en titre Edwards, continue à dominer la catégorie.

Après avoir terminé sa première saison sans victoire depuis 1986 et célébré ses 25 ans de collaboration avec le sponsor Castrol, Force a prouvé qu’il était encore au plus haut niveau avec un run bouclé en 4.124 contre 4.123 pour son adversaire Ron Capps. C’est donc grâce à un meilleur temps de réaction que le 14 fois champion de la NHRA a retrouvé la tête du classement général pour la première fois depuis le 12 novembre 2006, date de son dernier titre.

Cette victoire prouve également que la décision de Force d’ajouter Neff au duo de tuners Coil et Fedderly était la bonne. Sa Mustang n’a jamais été vraiment menacée avant la finale avec des runs très réguliers en 4.132, 4.120 et 4.125 pour battre Bob Bode, sa fille Ashley Force Hood, et Jack Beckman.

Capps, le tenant du titre de l’épreuve, a réussi à atteindre la finale au volant de NAPA Auto Parts Dodge préparée par Ed McCulloch en battant Jim Head, Cruz Pedregon, et Bob Tasca III. A noter que l’équipe de Capps a réalisé un exploit en changeant tout le train arrière et le moteur en seulement 35 minutes pour permettre au pilote de participer à la finale.

La victoire de Dixon, décrochée en finale avec un run en 3.80 à 316.60 mph contre 3.84 à 310.05 face à Doug Kalitta, est la 49ème de sa carrière, ce qui lui permet d’égaler le record de son ancien propriétaire, Don “the Snake” Prudhomme, à la huitième place des pilotes les plus victoirieux. Pour mémoire, Dixon avait déjà remporté les Winternationals en 1998, 2002 et 2003.

Dixon, qui avait perdu la pole position lors de la dernière journée des qualifications au profit de Cory McClenathan a survolé les phases finales avec des runs en 3.799 pour battre Steve Chrisman et 3.85 pour battre Brandon Bernstein. En demi finale, Dixon s’est retrouvé face à son grand rival de la saison dernière, Tony Schumacher offrant ainsi aux fans un duel au sommet dès la première épreuve de la saison. Et chose incroyable les deux hommes ont réalisé exactement le même run en 3.836 secondes à 317.05 mph. C’est donc finalement le temps de réaction qui a fait la différence et à ce petit jeu c’est Dixon qui s’est montré le plus rapide en 0.068 contre 0.085.

29 ans après avoir remporté ses premiers Winternationals en Modified, Edwards, qui avait échoué en finale à deux reprises face à Greg Anderson (2006) et Jason Line (2009), a décroché sa première victoire sur cette épreuve en Pro Stock en battant en finale Anderson, 6.57, 210.47 contre 6.61, 209.62. Anderson s’est montré le plus rapide au moment du feu vert, .031 contre .069, mais Edwards a réussi à revenir à sa hauteur pour finalement couper la ligne avec 0.003 secondes d’avance pour décrocher sa 21ème victoire en carrière dans la catégorie.

Avant de battre Anderson, Edwards au volant de sa Penhall/Interstate/K&N Pontiac avait signé le meilleur temps des quatre journées de qualification. Il s’est également montré très rapide lors des phases finales en éliminant ainsi que le meilleur run de tous les tours préliminaires pour battre Justin Humphreys, Greg Stanfield, et Allen Johnson avec des runs en 6.604, 6.610 et 6.615.

Praesent efficitur. nunc et, mi, vel,