Lola Cars dévoile son concept 2012

Le constructeur britannique Lola Cars est le dernier à lever le voile sur sa proposition de monoplace en vue de remplacer l’actuelle Dallara, présente depuis 2003. Lola fut présent dans les catégories “style Indy” depuis 1965 jusqu’en 2006. Son palmarès est l’un des plus élogieux avec trois victoires à l’Indy 500 et de nombreux titres de champions conquis par les plus grands pilotes dont : Sébastien Bourdais, Christiano de Matta, Nigel Mansell ou encore Michael Andretti.

Il est évident qu’une semaine après le coup de tonnerre produit par DeltaWing Racing , le concept des britanniques paraît conventionnel. Pourtant les châssis Lola B12/00 et B12/01 (quasiment identiques à quelques détails près) révèlent de nombreuses innovations.

Intéressons nous tout d’abord à l’élément qui pourrait faire pencher la balance en faveur de Lola. L’Indy Racing League fait tout son possible en ces temps difficiles pour réduire les coûts d’exploitation du matériel afin de conserver ses écuries mais aussi pour en attirer de nouvelles. Et c’est précisément sur ce point que Lola se distingue de ses concurrents. La configuration de la voiture lui permettrait de rouler aussi bien en Indy Lights que dans la catégorie Reine, l’IndyCar. Mais comment cela est-il possible ? Les designers ont conçu la voiture de sorte à ce que la cellule de survie, le système d’alimentation en carburant, le nez et le châssis soient identiques. Ainsi une écurie d’Indy Lights n’auraient qu’un package à acheter pour accéder à l’IndyCar. Cette solution pourrait permettre d’augmenter le nombre d’inscrits à l’Indy 500.

Deuxième détail démarquant Lola de ses concurrents Dallara, Swift et DeltaWing : l’aérodynamisme. Si d’un regard lointain, la voiture semble conventionnelle, elle prend une toute autre dimension lorsque l’on s’attarde sous la monoplace. Ainsi le flux d’air n’est plus seulement conduit sous le plancher de la voiture, mais il est maintenant utilisé sous les pontons, qui agissent comme de véritables diffuseurs. Le but est ici d’augmenter les performances de la voiture tout en réduisant les perturbations aérodynamiques causées par la présence d’ailerons et de dérives.

Enfin le dernier critère majeur du Cahier des Charges auquel Lola a apporté ses solutions : la sécurité. Les pilotes bénéficieraient d’une meilleure protection au niveau du casque avec un repose tête qui voit sa hauteur augmentée. Sur la piste, cette voiture permettrait aussi de considérablement réduire les risques de vols planés à l’instar des deux qu’a connu Dario Franchitti en 2007. Les roues arrière sont protégées (à l’image de ce que l’on peut voir en karting) par une extension du plan inférieur de l’aileron.

Avec cette quatrième et dernière candidature, l’IRL dispose d’une palette complète de solutions de la plus classique à la plus futuriste. Pour le moment, Dallara et Lola semblent être les projets les plus aptes à être adoptés. Mais qui sait si comme le demande DeltaWing Racing, ces quatre châssis ne s’affronteront pas dès 2012 sur une même piste ?

ante. in diam facilisis felis luctus dolor. ipsum non Curabitur