Hunter-Reay brillant vainqueur à Long Beach

C’est par un temps ensoleillé et devant des tribunes combles que les 25 acteurs de l’IndyCar ont pris le départ du 36ème Grand Prix of Long Beach.

A l’agitation du drapeau vert, Will Power en Pole Position négocie parfaitement son départ et parvient à conserver la tête au premier virage. Derrière lui, Justin Wilson attaque Ryan Hunter-Reay mais ce dernier parvient à conserver sa deuxième position. Dans le peloton, Tony Kanaan a réalisé un superbe départ qui lui a permis de doubler les deux Penske de Briscoe et Castroneves à l’amorce du virage 1 pour prendre la quatrième position.

A la fin du premier tour le trio de tête commence à s’échapper tandis qu’à l’épingle, Marco Andretti vient tutoyer l’arrière droit d’Alex Tagliani en essayant de l’attaquer sans succès. Dans l’incident, Andretti a perdu une dérive aérodynamique sur son aileron avant, sans réelle conséquence.

Durant les treize premiers tours, le top-5 s’établit ainsi. Power mène avec huit dixièmes d’avance sur Hunter-Reay qui exerce une pression de tous les instants sur le pilote Australien. Derrière eux, Wilson observe la bataille en spectateur privilégié sans toutefois pouvoir porter d’attaques. En quatrième position, Kanaan à quatre secondes mène le groupe de chasse. A cet instant Milka Duno rentre aux stands pour abandonner. L’équipe numéro #18 de la Vénézuélienne est très déçue et les officiels auraient indiqué que si le rythme (très lent) de Duno ne s’améliorait pas, celle-ci devrait quitter la piste. C’est ce qui a été fait alors qu’elle roulait à sept secondes des temps des leaders.

Dans le fond du classement, Graham Rahal alors en bagarre pour la 20ème position connaît des problèmes de communication radio et devra s’en accommoder toute la course.

A la fin du 16ème tour, grosse surprise ! A la relance du virage 11, Power ralentit soudainement et laisse la tête de la course à Hunter-Reay. En réalité l’Australien est resté bloqué sur le premier rapport avant que sa boîte de vitesse ne décide de fonctionner à nouveau. Dans sa mésaventure, Power a perdu deux places au profit d’Hunter-Reay mais également de Wilson, dorénavant deuxième.

Au 20ème tour, Danica Patrick est la première à rentrer aux stands et ouvre la valse des ravitaillements. Alors 20ème, la pilote Andretti Autosport décide d’avancer son premier arrêt et de décaler sa stratégie pour profiter d’une éventuelle neutralisation.

Trois boucles plus tard, Mario Moraes vient à bout de Dario Franchitti pour la 11ème place. Un peu plus tard, Simona de SIlvestro s’arrête à son tour au box pour changer de gommes et faire le plein de carburant. Elle sera imitée au tour 24 par Takuma Sato et Franchitti. Tous les pilotes passent à ce moment en pneus durs.

Au 26ème tour, le leader s’arrêt aux stands après être revenu sur les premiers retardataires. Power en fera de même au tour 29 alors qu’entre temps, Alex Llyod envoyait Takuma Sato en tête-à-queue après s’être fait doublé par le Japonnais entre les virages 6 et 7.

Une fois les premiers ravitaillements passés et à la mi-course, le top-10 s’établit ainsi. Hunter-Reay en tête devant le Britannique Wilson, puis Power, Kanaan, Briscoe, Dixon, castroneves, Tagliani, Moraes, Wheldon. A ce moment, Power démontre que sa monoplace ne souffre d’aucun mal. En effet l’Australien réalise des tours exceptionnels, cinq dixièmes plus rapides que le leader.

Au 47ème tour, Bertrand Baguette rentre aux stands pour un problème mécanique à l’avant droit. Le Belge doit mettre pied à terre pour sa deuxième course. Pendant ce temps, Hunter-Reay est revenu sur les retardataires et notamment Anex Llyod. Celui-ci fait tout pour rester dans le tour du leader mais rapidement il est évident que cela va mal finir. Durant cinq boucles le pilote Dale Coyne a freiné la marche en avant du pilote Andretti Autosport, faisant les affaires de Wilson alors revenu au contact en reprenant une seconde au tour à Hunter-Reay !

Avec moins de cinq dixièmes d’écart entre les deux protagonistes, Wilson tente une attaque sur Hunter-Reay mais manque de toucher son pneu arrière droit. Et alors que l’Américain parvient enfin à se débarrasser de Llyod, Wilson tente de faire de même. Arriva ce qui devait arriver, les deux voitures s’accrochent au virage 7 et Wilson s’arrête aux stands pour changer d’aileron avant. Dans les stands, le patron Dale Coyne est fou de rage. Durant cinq tour son équipe a signalé à Brian Barnhardt, Président de la Compétition, le comportement anti-sportif de Llyod mais aucune décision n’a été prise à son encontre. Pourtant dans le briefing d’avant-course, Barnhardt a insisté sur le fait que les retardataires devaient laisser les leaders faire leur course. Cet incident rappelle celui qu’avait connu Zanardi à Vancouver en 1996 alors qu’il tentait de prendre un tour à P.J. Jones.

Hormis cet accrochage, pas d’incident à signaler et tous les pilotes effectuent leur deuxième et dernier arrêt au stand. Au 59ème passage, Mario Romancini tente une attaque à l’intérieur sur Rahal au virage 1. Le pilote Conquest Racing freine trop tard et vient percuter la monoplace numéro #67, envoyant les deux voitures dans le mur de pneus. Immédiatement, les commissaires agitent le drapeau jaune et le Pace Car entre en piste. A ce moment le top-10 est composé de Hunter-Reay, Power, Wilson, Dixon, Kanaan, Castroneves, Moraes, Briscoe, Wheldon et Franchitti.

Le restart intervient au 65ème tour et Hunter-Reay parvient à conserver la tête, bien protégé par Sato et Matos à un tour. Plus loin, Patrick attaque et dépasse de Silvestro pour le gain de la 16ème position.

Au 66ème tour, Wilson blotti dans l’aspiration de Power fait l’intérieur au freinage du virage 1 et s’empare de la deuxième position. Dès lors le classement ne bougera plus jusqu’à l’arrivée.

Ryan Hunter-Reay a donc franchi la ligne d’arrivée en vainqueur pour la première fois depuis 2008 et son succès de Watkins Glen. A l’époque, l’Américain pilotait pour Rahal-Letterman Racing. En s’imposant dans les rues de Long Beach, il devient le premier Américain à s’imposer sur ce circuit depuis un certain Michael Andretti en 2002. Enfin dernière petite anecdote, c’est également sur ce circuit qu’il a rencontré sept ans plus tôt sa fiancé. Moment d’émotion donc pour le clan Hunter-Reay qui prouve une nouvelle fois à ses sponsors qu’il a l’étoffe d’un futur champion et mérite donc de faire la saison complète. Au final il s’impose devant Wilson, Power tandis que Dixon et Kanaan complètent le top-5.

Rendez-vous donc le 1er mai pour la prochaine épreuve du championnat 2010 avec la première course sur ovale, sur le Kansas Speedway.

nunc mi, risus id dictum risus. quis, dolor ante.