Un accident qui coûte très cher

Au terme des Samsung Mobile 500 Jeff Gordon était en colère d’avoir été impliqué dans l’accident qui s’est produit à dix-sept tours de l’arrivée. Alors qu’il avait la possibilité de conserver son titre acquis l’année dernière, Gordon a perdu toute chance de victoire après son contact avec Stewart puisque sa course s’est terminée dans le muret extérieur du Texas Motor Speedway.

Pourtant la course de Jeff Gordon était de bonne facture. Pilote qui a le plus mené avec 124 tours, le vainqueur sortant de cette course avait clairement l’une des voitures les plus rapide de l’épreuve et était encore une fois en mesure de renouer avec la victoire.

Mais à vouloir remonter trop vite parmi les pilotes qui n’avaient pris que deux pneumatiques neufs lors de l’arrêt précédent, alors qu’il en avait quatre, Jeff Gordon a mis la zizanie et après un léger contact avec Stewart ce dernier est parti en survirage. Carl Edwards n’a pu éviter de percuter la Chevrolet n°14 et la réaction en chaîne qui s’en est suivie a impliquée pas moins de neuf voitures.

Jeff Gordon : “J’ai vu Tony être un peu survireur. J’ai essayé de l’éviter en restant à l’intérieur, mais nous étions à trois de front. J’ai vu Jimmie qui était le plus à l’intérieur et il s’en est bien tiré. Nous étions beaucoup de voitures performantes dans un petit périmètre, mais il n’y avait pas assez de place pour tout le monde. Quelle course ! Nous avions une excellente voiture.”

Immédiatement après l’accident Gordon s’est exprimé dans sa radio: “Stewart nous a sorti car il n’a pas réalisé que le 48 était en dessous de nous.”

Une fois descendu de sa voiture Gordon s’est approché de l’épave de Stewart d’un pas décidé pour s’expliquer mais les deux hommes sont restés très calmes et Stewart a pris tous les torts dans cet incident.

Tony Stewart : “J’étais juste devant Jeff à la sortie du virage n°4, puis nous nous sommes retrouvés à trois de fronts. C’est de ma faute. Je me sens mal d’avoir fait quelque chose de stupide. Je ne pensais pas survirer mais c’est à cent pour cent de ma faute.”

Carl Edwards a également tenu à prendre sa part de responsabilité dans ce crash qui a nécessité un drapeau rouge de 20 minutes et 28 secondes) afin de réparer la piste et de la nettoyer de toutes les traces de fluide.

Carl Edwards : “Avec Tony c’est du 50-50. Je pensais qu’il allait rester à l’extérieur, alors j’ai suivi Jeff au milieu. Il a commencé à se rabattre, mais il n’y a pas eu assez de temps pour que son spotter lui dise que je m’étais glissé au milieu. Je pensais qu’il allait se récupérer. C’est vraiment moche d’avoir cassé toutes ces voitures.”

Jeff Gordon : “Deux pneus, quatre pneus, tout le monde était très agressif pour jouer la gagne. J’ai été touché à l’arrière droit, mais je ne sais pas s’il a été aidé.”

dolor. at vulputate, felis amet, tempus ut ut felis