Une course parfaite pour Brad Keselowski

A Richmond Brad Keselowski a mené 189 des 252 tours courus avant de s’imposer pour le deuxième week-end consécutif après sa victoire à Talladega. Cette victoire permet à Keselowski d’accentuer son avance sur Kevin Harvick au championnat à cinquante-neuf points. Avant le début de la course il avait un matelas de dix points sur le double champion après avoir été pénalisé de cinquante points suite à l’épreuve de Talladega.

L’épreuve de Richmond était la seconde de la saison durant laquelle essais, qualifications et course se déroulaient le même jour. Il ne faut pas oublier que le pilote de 26 ans de la Penske Racing est également engagé à temps complet en NASCAR Sprint Cup Series, ce qui veut dire que sa journée de vendredi a été on ne peut plus chargée.

A l’agitation du drapeau vert le pilote de la Dodge Charger n°22 n’a pas mis longtemps à entrer en action. Parti quatrième, il pointait en deuxième position après cinq tours. Cependant, il attendra le soixantième tour pour prendre la tête de l’épreuve et sans cesse creuser l’écart sur ses poursuivant.

Lorsque le drapeau jaune a été sorti au tour 97 pour débris, Keselowski s’était ménagé une avance de plus de cinq secondes sur son dauphin, Kyle Busch. Il rapportait à Paul Wolfe, son chef d’équipe que sa voiture était tout simplement parfaite et Wolfe n’eut à faire que des ajustements mineurs dans la pression des pneumatiques, afin de s’adapter à la baisse des températures de la piste et de l’air ambiant au fur et à mesure que la nuit s’installait sur le Richmond International Raceway.

Plus le drapeau vert s’éternisait, meilleure était la Dodge Charger n°22. Malgré trois neutralisations entre les tours 102 et 186, Keselowski gardait les commandes de l’épreuve. A vingt-cinq tours du but, il comptait trois secondes d’avance sur Kyle Busch et la victoire semblait être une formalité. Mais, au tour 246 la course allait être de nouveau neutralisée suite à l’accident de Paul Menard.

Bien que deux voitures décidaient de rester en piste sous drapeau jaune, Kyle Busch et Justin Allgaier, Keselowski décidait de repasser par les stands pour prendre quatre pneumatiques neufs. Reparti quatrième, sa stratégie allait s’avérer payante, puisqu’il doublait le leader Greg Biffle à l’amorce du dernier tour pour décrocher sa huitième victoire en carrière sa seconde de la saison.

Les statistiques du pilote Penske lors de cette course sont tout simplement impressionnantes :

– 195 points pour sa victoire primée des dix points de bonus pour avoir mené le plus grand nombre de tours ;

– 189 des 252 tours menés ;

– une place moyenne en piste de 1,317 ;

– une cinquième place comme plus mauvaise position durant l’épreuve ;

– 95 meilleurs tours ;

– dépassé seulement cinq fois durant la course ;

– un rating parfait de 150 ;

– la meilleure vitesse moyenne en début de run (120,224 mph), en fin de run (114,466 mph), sur les restarts (118,872 mph) et sous drapeau vert (116,543 mph) ;

– a bouclé tous les tours dans le top-15 comme sept autres pilotes (Justin Allgaier, Greg Biffle, Kyle Busch, Carl Edwards, Kevin Harvick, Joey Logano et Reed Sorenson).

Brad Keselowski : “Notre voiture était trop forte ce soir. Toute l’équipe a fait de l’excellent travail. Nous avons pris la bonne décision lors de la dernière neutralisation. Je l’aurais eu mauvaise si nus avions perdu la course sans prendre de pneumatiques alors je suis rentré et j’ai pris des pneumatiques et sur le dernier restart ça a payé.”

Le week-end prochain la NASCAR Nationwide Series a rendez-vous avec l’un des ovales les plus mythiques de son calendrier, le Darlington Raceway. Sur cette piste le leader du classement général tentera d’inverser les statistiques qui ne lui sont pas très favorables, puisqu’en trois départs il compte un abandon (2007) et une onzième place pour meilleur résultat (2009). Il n’a jamais mené sur cette piste en forme d’œuf et n’a terminé qu’une seule fois dans le tour du vainqueur, c’était l’an dernier.

non efficitur. mi, porta. sem, risus Sed justo ante. dapibus