Kurt Busch s’offre le doublé à Charlotte

Les derniers résultats de Kurt Busch sur le Charlotte Motor Speedway lors des Coca-Cola 600 ne laissaient rien présager de bon pour le pilote de la Penske Racing, mais les statistiques sont faites pour être démenties et le champion 2004 de la NASCAR Sprint Cup Series l’a prouvé en remportant la plus longue épreuve inscrite au calendrier.

Que ce soit en diurne, à la tombée de la nuit ou en nocturne, Kurt Busch a eu la meilleure voiture menant pas moins de 252 des 400 tours prévus. Pourtant, en fin de course, il a bien failli se faire battre par Jamie McMurray.

Kurt Busch : “Roger – NDLR : Penske – cette victoire est pour toi. Je ne voulais pas terminer derrière un pilote Ganassi.”

Après la victoire de Dario Franchitti à l’Indy 500 quelques heures plus tôt, Chip Ganassi – qui est arrivé à Charlotte peu avant la mi-course – se voyait bien devenir le premier propriétaire à remporter l’Indy 500 et les Coca-Cola 600 dans la même journée. Malheureusement pour lui, Jamie McMurray a échoué à 738 millièmes du plus âgé des frères Busch.



Le départ des Coca-Cola 600 a été très fluide, puisqu’il faudra attendre le soixante-et-unième tour pour voir la première neutralisation de l’épreuve. Le Colombien Juan Pablo Montoya perdait le contrôle de sa Chevrolet et allait taper le muret suffisamment fort pour aller dans les garages.

Au tour quatre-vingt-onze c’est Marcos Ambrose qui allait taper le mur. L’Australien était à l’origine de la deuxième neutralisation. Les leaders choisissaient de repasser par les stands et certains d’entre eux dont Jimmie Johnson choisissaient de ne prendre que deux pneumatiques neufs.

Il faudra attendre le tour 167 pour voir la troisième neutralisation de la course après que Jimmie Johnson soit parti en survirage en sortie du virage n°4, Denny Hamlin l’a évité en passant dans l’herbe de la ligne droite avant. Les officiels ont alors décidé de neutraliser l’épreuve.



Durant le ravitaillement, Kyle Busch, qui repartait a percuté Brad Keselowski qui arrivait. Résultat Kyle Busch a dû repasser par les stands pour réparer et s’acquitter d’une pénalité puisqu’il avait été contrôle en excès de vitesse dans la voie des stands. Il cédait donc la tête de l’épreuve à son frère Kurt Busch.



Kyle Busch, Jimmie Johnson et Denny Hamlin allait alors être en difficulté et un drapeau jaune au tour 213, pour cause de débris dans le virage n°2, allait leur permettre de travailler sur leur voiture. Hamlin était même le lucky dog lors de cette neutralisation.

Durant le ravitaillement, Kurt Busch perdait la tête de la course au profit de Clint Bowyer, mais le récent vainqueur de la NASCAR Sprint All-Star Race reprenait son bien dès la relance.

Au 235ème tour, et alors qu’il avait une voiture de top-20, Dale Earnhardt Jr. a été contrait de repasser par la voie des stands pour une surchauffe due à tes plastiques posés sur sa grille d’aération. Après l’emploi d’une grille pour nettoyer la grille et un ravitaillement complet, le pilote de la Chevrolet n°88 a pu repartir à un tour des leaders.

Alors que Matt Kenseth avait pris la tête de la course suite à une salve de ravitaillement sous drapeau vert au tour 270, Jimmie Johnson allait perdre l’arrière de sa voiture à la sortie du virage n°2 et s’en allait taper violemment le muret intérieur. Cet accident était la cause de la cinquième neutralisation de la course qui remettait une nouvelle fois Denny Hamlin dans le tour du leader.



A l’instar de ce qui c’était passé au Texas en fin de saison dernière, les mécaniciens de Jimmie Johnson étaient capables de réparer rapidement pour renvoyer leur pilote en piste moins de quarante tours après l’accident.

La sixième neutralisation intervenait à cent tours du but après que Robby Gordon soit allé taper le muret. A cet instant c’est Jamie McMurray qui occupait la tête de la course devant Kurt Busch, David Reutimann, Clint Bowyer et Matt Kenseth.

La majorité des leaders n’allait prendre que deux pneumatiques lors de cet arrêt afin de favoriser la position sur la piste, c’est ainsi que Kurt Busch ressortait en tête devant Jamie McMurray, Matt Kenseth, David Reutimann et Jeff Gordon.

Quelques instants après la relance, c’est Greg Biffle qui y allait de son petit voyage dans le mur, forçant les officiels à sortir le drapeau jaune pour la septième fois. Du fait de la proximité des deux neutralisations, les leaders décidaient de rester en piste.

L’Australien Marcos Ambrose allait être l’auteur de la dernière neutralisation au tour 377. Le pilote de la Toyota Camry n°47 allait frotter le muret dans le virage n°2 avant de perdre le contrôle et d’aller frapper le muret intérieur. Les leaders décidaient alors de s’engouffrer dans la voie des stands pour ne prendre que deux pneumatiques afin de privilégier la position en piste.



Jeff Gordon, Mark Martin et Ryan Newman choisissaient de ne pas repasser par les stands, malheureusement pour eux, cette stratégie n’allaient pas s’avérer payante puisque les trois hommes allaient être rapidement débordés par Kurt Busch et Jamie McMurray dans un premier temps puis Kyle Busch dans un second.

C’est ce même Kyle Busch qui termine la course en troisième position devant Mark Martin, David Reutimann, Jeff Gordon, Clint Bowyer, Paul Menard, Ryan Newman et Matt Kenseth.

Le leader du classement général, Kevin Harvick, a connu une course sans histoire sur un ovale qu’il apprécie peu. Il termine à la onzième place et compte désormais vingt-neuf points d’avance sur Kyle Busch.

dolor libero neque. odio venenatis Sed felis