Un point sur le classement général (1/3)

1er : Kevin Harvick (une victoire, quatre top-5, neuf top-10)

Alors qu’il n’avait pas participé aux playoffs l’année dernière, Kevin Harvick se retrouve leader du classement général à la mi-saison régulière et il faut bien le reconnaitre, c’est une grosse surprise. Ce qui est sûr, c’est que la RCR a fait de gros progrès lors de l’inter-saison et cela se voit au niveau des résultats. Vainqueur à Talladega, le double champion Nationwide est le pilote qui a le plus de top-10 (neuf) et il a terminé toutes ses courses dans le top-15 sauf à Martinsville. A partir de Sonoma, il devrait être plus fort en course, c’est peut-être ce qu’il lui manque actuellement pour être désigné comme un candidat sérieux pour le championnat.

2ème : Kyle Busch (deux victoires, quatre top-5, huit top-10)

Le plus jeune des frères Busch a connu un début de saison timide avec un seul top-10 après Martinsville. Mais dès Phoenix, Kyle a élevé son niveau de jeu pour terminer toutes ses courses dans le top-10. Les relations avec son crew chief Dave Rogers sont au beau fixe et le jeune pilote en a profité pour signer deux succès (Richmond et Dover). Son niveau de performance est assez impressionnant et il figure dans le top-5 de quasiment toutes les statistiques. Qu’on se le dise : Kyle Busch est presque revenu à son meilleur niveau.

3ème : Matt Kenseth (quatre top-5, huit top-10)

Aucun pilote du top-3 du classement général actuel n’a participé aux playoffs l’année dernière, il faut le souligner. Matt Kenseth en fait partie. Lors des cinq premières épreuves de la saison, le champion 2003 de la NASCAR Sprint Cup a signé cinq top-10 en cinq courses. Depuis les résultats sont moins glorieux, Kenseth semble souffrir comme tous les pilotes Ford. Heureusement, il sait prendre de gros points sur les circuits qui lui réussissent (troisième à Dover, dixième à Charlotte). Malgré ce manque de performance actuel, Kenseth devrait être dans le Chase sans trop de problèmes. Mais la Roush doit absolument corriger le tire si elle veut être championne.

4ème : Jeff Gordon (cinq top-5, six top-10)

Niveau résultats, le quadruple champion NASCAR alterne le bon et le moins bon. En revanche, ses courses sont souvent très solides. Ce que l’on reteindra surtout de son début de saison, c’est sa quête ratée de la victoire : Las Vegas, Martinsville, Phoenix, Richmond, Darlington. De plus, si Gordon n’a pas une voiture pour jouer la gagne, c’est généralement qu’elle est vraiment très moyenne, ce qui est très gênant pour la régularité. Un peu en perte de vitesse ces dernières semaines, les prochains rendez-vous devraient lui permettre un retour aux avant-postes et peut-être la Victory Lane. C’est tout le mal que l’on lui souhaite.

5ème : Denny Hamlin (trois victoires, cinq top-5, cinq top-10)

Denny Hamlin et son genou en lambeaux auront attendu jusqu’à Martinsville pour signer un résultat, il s’agit même d’une victoire. Depuis, on dénombre une 30ème place à Phoenix, une 18ème à Charlotte après une course difficile, mais sur les autres épreuves la n°11 filait comme une étoile. Il est le pilote le plus victorieux cette saison avec trois succès, a égalité avec Jimmie Johnson. Cependant, Hamlin peut-il tenir le coup toute la saison avec son genou ? A voir dans les prochaines semaines, mais d’ici là il aura peut-être le temps de glaner un quatrième succès à Pocono.

6ème : Kurt Busch (deux victoires, cinq top-5, sept top-10)
Oui la Penske Racing est la seule écurie en Dodge, mais cela ne semble pas être problématique pour l’écurie du capitaine. Kurt Busch, champion 2004, n’est pas au top sur tous les circuits, mais lorsqu’il est au meilleur de sa forme il se retrouve sur la Victory Lane. Tout le monde ne peut pas en dire autant. Déjà deux victoires cette saison et une statistique qui parle : Kurt Busch est le pilote qui a le plus mené cette saison avec 723 boucles en tête. Il compte déjà 55 points de bonus, ce qui est très élevé à ce stade de la saison.

7ème : Jimmie Johnson (trois victoires, cinq top-5, sept top-10)
Ne vous y trompez pas : si Jimmie Johnson n’est que septième, c’est qu’il a déjà connu trois abandons cette saison (un record ?) Mais il y a des statistiques qui ne trompent pas. Lorsqu’il ne connaît pas de soucis, l’équipe n°48 survole la concurrence, son rating moyen (107,4) est bien au dessus des autres. Si les résultats sont moins bons depuis Talladega inclus, le quadruple champion en titre est encore la référence de la NASCAR. De toute façon, il nous refait le coup depuis quatre ans : jamais champion de la saison régulière, mais titré à Miami… Attention toutefois à l’incidence du spoiler, peut-être ce qui embête le plus Chad Knaus à l’heure actuelle.

8ème : Jeff Burton (trois top-5, cinq top-10)
Fidèle à son image, Burton n’est pas le pilote qui fait le plus parler de lui. De même ses résultats ne sont pas non plus mirobolants. On se demande pourquoi d’ailleurs car lorsque l’on regarde les statistiques on se demande bien pourquoi il n’est que huitième du classement général. La faute à des fins de courses difficiles (Martinsville, Talladega, Charlotte) qui lui ont fait perdre de gros points alors que le top-5 était envisageable. Lors des six derniers rendez-vous, son rating le plus bas était un 96,8 à Charlotte. Il faut toutefois concrétiser ces courses solides pour dormir sur ses deux oreilles afin d’intégrer le Chase, chose qu’il n’avait pas faite en 2009.

9ème : Greg Biffle (deux top-5, huit top-10)
Lors des six premières courses, Biffle a signé six top-10. C’est bien. Il en a signé deux autres sur des circuits références pour la Roush (Texas et Dover). En revanche lors des autres épreuves il était complètement transparent comme ses autres coéquipiers. Cela est très grave puisqu’il ne terminait même pas dans le top-20. Biffle dégringole au général de course en course et ce ne sont pas les Coca-Cola 600 qui vont apaiser les esprits chez Roush Racing. Les stats font peur (comment un pilote double vainqueur à Darlington peut-il passer seulement 6,3% de ses tours dans le top-15 alors qu’il n’avait aucun problème ?) Biffle doit se reprendre tout de suite, sinon le Chase va lui passer sous le nez…

10ème : Mark Martin (cinq top-5, six top-10)
N’en déplaise à ses fans, Mark Martin ne semble pas être à son niveau de 2009. S’il a déjà signé cinq top-5 cette saison, ce qui est une bonne valeur dans l’absolu, il faut bien reconnaître une chose : Martin a du mal à avancer. Une statistique le prouve : seulement deux ratings au dessus de 100 depuis le début de saison, 42 petits tours menés. Le pilote Hendrick fait très souvent des courses fantomatiques, heureusement pour lui il arrive à remonter en fin d’épreuve. Ca sera peut-être suffisant pour le Chase, mais pas pour le titre.

mattis in nec sit id, vel, eleifend venenatis mi, Curabitur ultricies