La Roush doit se reprendre au Michigan

Il faudrait être aveugle pour ne pas voir que la Roush Fenway Racing n’est plus l’écurie qu’elle était vers les années 2004 / 2005. Cela reste certes une grosse écurie mais elle n’est plus au tout premier plan. Cela ne s’est pas arrangé avec l’arrivé du spoiler qui a semble t-il encore plus enfoncé la Roush qui n’en avait pas besoin.

Alors oui, Matt Kenseth, Carl Edwards et Greg Biffle sont pour l’instant qualifiés pour le chase mais cela ne va peut-être pas durer éternellement. Depuis Phoenix inclus, huit courses ont été disputées. Deux top-10 pour Biffle, trois pour Kenseth dont un top-5 tout comme Carl Edwards. Pas de quoi fouetter un chat.

Nous voici donc au Michigan, un ovale sur lequel la Roush a toujours joué la victoire lors de quasiment chaque course. Les statistiques le prouvent : Carl Edwards a le meilleur rating moyen avec 112.5, Greg Biffle le troisième avec 103.5 et Matt Kenseth est juste derrière (103.1).

Mais intéressons nous plus longuement à Carl Edwards. Soyons honnêtes, la Ford n°99 n’a jamais joué la victoire cette année, elle ne compte d’ailleurs qu’un seul top-5, c’était à Richmond, et il n’y a aucune raison que cela change dans les semaines à venir. Quelle dégringolade pour celui qui avait terminé vice-champion 2008 et pilote le plus victorieux avec neuf succès. D’ailleurs, il n’a toujours pas gagné depuis Homestead-Miami 2008…

Edwards dispose d’un rating moyen cette année de 80.7 ce qui le place 19ème de cette statistique, bien loin de sa neuvième place au général. Ce qui reflète bien une chose : la Ford n’avance pas mais arrive tout de même à glaner quelques positions en fin de course. Ce rating très faible s’explique également par le fait que Carl Edwards est souvent à la rue en qualifications, il démarre donc souvent de très loin. Il en va de même pour Biffle, quant à Matt Kenseth, il s’en tire un peu mieux.

Jamais cette année Edwards n’a signé un rating supérieur à 100, caractéristique d’une course solide aux avant-postes, tout simplement parce qu’il n’y ait jamais. Il n’a mené que deux petits tours cette année, c’était à Richmond. Et pourtant, le pilote Roush n’a terminé que trois fois au delà du top-15, à Charlotte (seizième) ainsi qu’au Texas et à Atlanta où il a signé deux abandons. Tiens, trois ovales de 1.5 mile sur lesquels la Roush excellait il y a quelques temps…

Toujours est-il qu’il est temps pour Roush de remettre les pendules à l’heure car son écurie n’est plus en mesure de gagner et la probabilité de trouver trois pilotes Roush dans le chase 2010 semble de plus en plus compliqué au fur et à mesure que la saison avance.

consectetur libero. elementum ipsum elit. sed et, adipiscing quis, nec dolor