24 Heures du Mans : La Aston Martin Racing

Derrière cet engagement officiel du constructeur britannique, victorieux au Mans en 1959 et champion en titre des Le Mans Series (avec Lola), se cache en fait Prodrive. La société fondée en 1984 par David Richards et Ian Parry a d’abord fait courir des Porsches 911, des MG Metro et des BMW M3 en rallye. Son association avec Subaru a démarré en 1990 et mènera à deux titres mondiaux constructeurs (1995, 1996), auxquels il faut ajouter les titres Pilotes obtenus par Colin McRae, Richard Burns et Peter Solberg. En circuit, Prodrive a représenté BMW, Alfa Roméo et Ford en tourisme, remportant plusieurs titres de BTCC. Elle s’est également impliquée en F1 à travers BAR. C’est en 2001 que Prodrive s’est attaqué au GT en développant la Ferrari 550 Maranello à la demande du rallyman Frédéric Dor, fidèle client de David Richards.

Ancien responsable technique de Lotus en GT, c’est Georges Howard-Chappell qui a été chargé de ce projet. La Ferrari Prodrive a remporté ses premiers succès en championnat FIA tout en découvrant l’ALMS au Petit Le Mans.

Dès 2002, Prodrive a vendu ses voitures à des concurrents privés pour le GT FIA, où la Scuderia Italia a remporté plusieurs succès. De son côté, Prodrive s’est chargé du Mans et de l’ALMS où la Maranello a battu Corvette à quelques reprises. En 2003, Prodrive a allié ses forces à celles de Veloqx pour les 24 Heures du Mans, remportant la catégorie GTS avec le trio Enge, Davis et Kox. Les Ferrari de Prodrive ont également remporté 4 victoires en ALMS et survolé le GT FIA sous les couleurs de la Scuderia Italia.

En 2004, Prodrive est revenu au Mans pour y subir la loi des Corvette, terminant 3ème et 4ème de la catégorie GTS. En parallèle, Howard-Chappell et ses hommes ont préparé la nouvelle Aston Martin DBR9, espérant rééditer le même coup sportif et commercial qu’avec la Maranello. Objectif atteint puisque l’Aston Martin a fait des débuts tonitruants en 2005 en remportant le GT1 aux 12 Heures de Sebring avec le trio de pilotes Brabham, Tuner et Ortelli avant de signer le doublé au Tourist Trophy. Pour son retour au Mans après 16 ans d’absence, Aston Martin a subi la loi des Corvette ne décrochant qu’une neuvième place au général et une troisième en GT1.

Un nouveau pas a été franchi en 2006 lorsque Enge, Piccini et Turner ont terminé sixième du général et deuxième de la catégorie GT1 au Mans avant qu’Aston ne s’impose au Petit Le Mans grâce à Enge et Turner. Il ne restait alors plus qu’à battre les Corvette au Mans ce qui a été fait en 2007 avec Brabham, Rydell et Turner avec une cinquième place au classement général. Aston Martin a récidivé en 2008 sous les célèbres couleurs de Gulf tout en préparant la Lola-Aston Martin engagée par Charouz, finalement classée neuvième. Simple reconnaissance avant l’assaut de la saison 2009.

Avec une Lola à l’aérodynamique remaniée par Prodrive et son moteur issu de la DBR9, Aston Martin a commémoré dignement le 50ème anniversaire de sa victoire au Mans grâce à la 4ème place du trio Charouz, Enge et Mücke (première voiture non diesel). Le même équipage a remporté les Le Mans Series après s’être imposé à plusieurs reprises. Cette année, le programme d’Aston Martin est plus réduit et les voitures n°007 et n°008 tenteront de faire au moins aussi bien qu’en 2009 en luttant face aux nombreux prototypes engagés par Peugeot et Audi.

Sed consectetur ultricies non efficitur. sem, Donec nec venenatis, nunc eget