Tony Kanaan retrouve la Victory Lane

Menacée par des risques d’orages, c’est avec 15 minutes d’avance que la course a démarré.

Devant des spectateurs venus en nombre malgré la météo incertaine, Will Power s’est élancé depuis la Pole Position en emmenant derrière lui Scott Dixon déjà à ses côtés. Mais dès la fin du premier tour le drapeau jaune est de sortie. Justin Wilson a perdu l’arrière de sa monoplace à l’entrée du virage 3. Dans sa mésaventure, le pilote Dreyer & Reinbold a pris au piège Mario Moraes qui a fini sa course contre le mur extérieur.

Après 12 tours de neutralisation, la course est relancée avec dans l’ordre Power, Dixon, Marco Andretti, Dario Franchitti et Helio Castroneves. Immédiatement dans le rythme, Takuma Sato pointe le museau de sa monoplace aux couleurs de Lotus à l’intérieur de Franchitti mais ne parvient pas à le dépasser.

En tête de course, Andretti a pris la deuxième place à Dixon et part en chasse de Power Au 18ème tour, l’Américain tente une première attaque à l’extérieur sur le pilote Penske qui parvient à conserver son bien. Mais trois tours plus tard, les deux hommes reviennent comme des boulets de canon sur Milka Duno. Power plonge à l’intérieur, Andretti choisit la ligne extérieure. Et c’est l’incompréhension la plus totale. Duno prise en sandwich referme la trajectoire sur Power et remonte soudainement sur l’ovale, bloquant Andretti qui a réussi in-extremis à l’éviter. Mais que l’accrochage est passé près ! Une nouvelle fois Duno a failli ruiner la course des leaders comme à Mid-Ohio et Homestead l’année dernière.

Au 31ème tour, Duno est déjà à trois tours et les officiels commencent à se pencher sur son cas. Quatre tours plus tard, Andretti revient à la charge et parvient cette fois-ci à prendre la tête de la course après que Power ait été gêné dans le trafic. A ce moment le peloton est très serré puisque les 10 premiers se tiennent en quatre secondes ! A noter que pendant ce temps, les officiels ont présenté le drapeau noir à la monoplace numéro #18 de Duno.

Au 45ème passage, Franchitti s’empare pour la première fois de la journée du commandement. Blotti dans son sillage, Dixon le suit et l’on retrouve les deux voitures Ganassi en tête. Pendant ce temps, Power dégringole au classement et heurte l’arrière de la monoplace de Bertrand Baguette. Fort heureusement sans mal pour les deux pilotes.

Deux tours plus tards, le premier drapeau jaune est sorti. Tous les pilotes décident de rentrer aux stands pour procéder à leur premier arrêt. A la sortie de la pitlane, Kanaan, Franchitti et castroneves rentrent en contact. Là aussi les pilotes sont chanceux puisqu’aucun dommage n’est venu affaiblir leurs monoplaces. Sur la piste Graham Rahal pointe en tête mais à son insu. En effet, privé de communications radio, le remplaçant de Conway n’a pas reçu l’appel de son équipe. Il devra donc s’arrêter sous drapeau vert, et déjà son équipe espère un nouveau drapeau jaune.

Le restart intervient au 62ème tour. Trois boucles plus tard, Franchitti récupère la tête à Rahal, bien aidé par ses pneus frais. Dixon en profite et dépossède Rahal de la deuxième place. Dans le peloton de chasse, la lutte est intense entre Castroneves et Sato pour le gain de la cinquième place.

Au 73ème tour, Dixon prend la première position à son coéquipier. A ce moment le top-10 se compose comme suit : Dixon, Franchitti, Kanaan, Ryan Hunter-Reay, Sato, Rahal, Castroneves, E.J. Viso, Andretti et Power.

Au 92ème passage, Rahal rentre aux stands pour effectuer son premier arrêt. L’Américain perd deux tours dans l’aventure. Et sa malchance ne s’arrête pas là. Au 95ème tour, la deuxième neutralisation intervient après que Sarah Fisher ait percuté le muret extérieur dans le virage 3 en voulant laisser la trajectoire aux leaders.

La deuxième salve d’arrêts aux stands peut alors commencer et dans la course aux ravitaillements, l’équipe Penske permet à Castroneves de récupérer la cinquième place face à Sato.

Au 113ème tour le drapeau vert est agité avec 15 voitures dans le même tour que le leader, Franchitti. Dans le bas du peloton, Simona de Silvestro reçoit une pénalité pour avoir roulé sur le pied de l’un de ses mécaniciens. Au même moment, Dixon reprend la tête à Franchitti.

L’euphorie n’est que de course durée pour les Ganassi boys. En effet, Kanaan absolument déchaîné s’empare du commandement au 121ème tour. Il est imité par Hunter-Reay qui place sa monoplace à la troisième position. A ce moment, on se dit qu’Andretti Autosport a trouvé son rythme de croisière.

Une fois ces manœuvres de dépassement effectuées, la course prend une autre dimension. Les pilotes s’observent un peu plus et les écarts commencent à se creuser.

Au 158ème tour, premier coup de théâtre. Andretti rentre à son stand pour un arrêt plus tôt que prévu. Marco se plaint d’une voiture trop survireuse. Ses mécaniciens procèdent alors à un gros ajustement sur son aileron avant (trois tours de vis !).

Au 167ème tour, Sato décidément très à l’aise sur l’ovale de l’Iowa Speedway s’attaque à Hunter-Reay pour le gain de la quatrième place et remporte la bataille. Le Japonais parvient même à créer un écart et vient menacer les quatre pilotes de tête. Dans les stands, Jimmy Vasser et Kevin Kalkhoven apprécient le spectacle mais calment les assauts de leur pilote.

Et pour cause ! Au 176ème tour, c’est la consternation dans le stand KV Racing Technology. Sato alors en cinquième position et en passe de viser un podium a une nouvelle fois été victime de son impatience. Revenu sur Alex Lloyd à qui, il allait prendre un tour, le Japonais n’a pas voulu lever le pied et a préféré remonter sur l’ovale. Erreur ! Alors sur la partie sale de la piste, la monoplace numéro #5 est subitement parti en sous-virage jusqu’à s’écraser contre le mur extérieur du virage 4.

Suite à cet accident, les officiels neutralisaient la course et l’on assistait à un nouvel arrêt collectif. Franchitti ressortait en tête devant Castroneves qui gagnait deux positions et Kanaan qui en perdait deux. En cause, son coéquipier Hunter-Reay qui est arrivé en travers dans son pitbox et a percuté le pneu avant droit de Kanaan.

La relance est intervenue au 193ème tour et immédiatement Hunter-Reay purgeait sa pénalité suite à l’incident dans les stands. Mais alors que tout semblait sourir à Franchitti, le sort en décidait autrement. Au 204ème tour, coup de tonnerre sur l’Iowa Speedway. Franchitti rentre aux stands au ralenti et semble souffrir d’un problème de transmission. Le diagnostic sera confirmé par son équipe qui a détecté un blocage de la boîte de vitesses entre deux rapports.

En tête Castroneves n’en demandait pas tant. Dans une monoplace supérieure à celles de ses coéquipiers Australiens, le vainqueur à Barber pensait bien pouvoir concrétiser sa superbe course. Mais c’était sans compter sur son compatriote d’Andretti Autosport. Kanaan au volant d’une voiture parfaitement équilibrée parvenait à remonter sur la monoplace Penske. Et arriva ce qui devait arriver. A 11 tours du but et grâce au ‘Boost Button’, Kanaan attaque Castroneves à l’intérieur et prend la tête de la course. Le Brésilien est tellement supérieur à ses poursuivants qu’il porte son avance à 1,5 seconde en trois tours ! Immédiatement on se dit que si aucun incident ne se produit, la victoire ne devrait pas échapper à un Kanaan en quête de victoire depuis Richmond 2008, tout comme son écurie. Derrière, Will Power revenu du diable vauvert après être tombé jusqu’à la 12ème position prend la quatrième place à Dixon.

Au baissé du drapeau à damier, Tony Kanaan s’impose finalement devant Helio Castroneves et le surprenant E.J. Viso qui sauve les meubles pour son écurie. Le podium entièrement sud-Américains devance les deux Australien du Team Penske, Ryan Briscoe devant Will Power. Le top-10 est complété par Scott Dixon, Vitor Meira, Ryan Hunter-Reay, Graham Rahal et Danica Patrick.

Sed elit. libero nunc ultricies fringilla