Un miracle s’est produit à Sonoma

L’IndyCar a Milka Duno, la NASCAR a Kevin Conway. Bien malin sera celui qui arrivera à refaire la carrière complète de ces pilotes payants puisque lorsque l’on voit leur carrière, il est difficile de ne pas penser qu’ils sont présents grâce à leurs sponsors. Qu’on se le dire, les pilotes payants, ce n’est pas qu’en F1.

Le site officiel de la NASCAR propose chaque année un guide avec présentation complète du championnat à venir dont les pilotes font évidemment partie. Voici donc ce que l’on peut voir à propos de la carrière de Kevin Conway : “A disputé 15 courses de Nationwide en 2009, avec pour meilleur résultat une 15ème place au Kentucky pour Joe Nemechek. A disputé quelques courses de Nationwide entre 2003 et 2007. A terminé 19ème de sa seule course de Truck Series à Phoenix en 2009. Engagé pour deux courses d’ARCA en 2002”.

Début 2010, la Front Row Racing annonce la signature de Kevin Conway qui disputera le titre de rookie of the year. A cette époque, personne ne connait encore le futur pilote Ford …

Tout d’abord, le rookie n’est pas déclaré apte à disputer le Daytona 500 par les officiels de la NASCAR qui exigent un minimum d’expérience sur ovales à plaques de restriction. La saison de Conway a donc commencée à Fontana où il a réalisé sa meilleure qualification en carrière : 38ème, record qu’il n’a jamais égalé. Il est également parti 39ème à Las Vegas mais en dehors de ces deux courses il n’a jamais fait mieux que 40ème sur 43.

En course, les résultats sont un peu moins catastrophiques puisque les ‘start and parks’ se chargent de le faire remonter un temps soit peu dans le peloton. On relève quatre top-30 (28ème à Bristol, 27ème au Texas, 30ème à Talladega et 28ème à Sonoma).

Quant aux autres statistiques, inutile de discuter. Son meilleur rating a été obtenu à Bristol (34.8 !) et le rookie a bouclé 14 tours dans le top-15 cette année. Pour info, on dénombre déjà 5067 tours cette année… Sans compter qu’il n’a mené aucun tour et n’a fini qu’une seule fois dans le tour du leader, à Sonoma.

Conway ne compte pourtant que deux abandons, au Michigan sur casse moteur et à Darlington où la ‘dame en noire’ s’est naturellement faite respecter. Les performances de Conway ne peuvent pas non plus être imputées à son équipe puisqu’il voyage de voiture en voiture pour être qualifié à chaque course.

Alors oui, il est très simple de tirer à boulets rouges sur Kevin Conway mais force est de reconnaitre que les statistiques ne plaident pas en sa faveur. On peut également noter qu’il ne fait pas de start and park et que la présence de son sponsor est très utile pour engager David Gilliland et Travis Kvapil chaque semaine. Il est tout de même dommage d’en arriver là avec un pilote qui se ridiculise chaque semaine (ce qui ne doit pas l’amuser) avec une vitesse sur l’ovale pas du tout adaptée à une course de NASCAR. Les leaders se font d’ailleurs souvent peur en le laissant sur place…

elementum luctus id dolor. ut non at efficitur. ut adipiscing