Conor Daly, objectif F1

En dehors des tentatives avortées de Michael Andretti et Scott Speed, il n’y a pas eu de pilote américain en F1 depuis un long moment. Ils sont cependant aujourd’hui plusieurs espoirs à viser la F1 et à avoir une chance d’y parvenir. Parmi eux se trouve le très doué Conor Daly, 18 ans.

Conor est le fils de l’ancien pilote Derek Daly, auteur de 49 départs en F1 pour des équipes comme Ensign, Tyrrell ou March (il courait alors sous la bannière irlandaise). Parti poursuivre sa carrière aux USA en 1983, Derek Daly court plusieurs saisons en CART (9ème du championnat en 1988), avant de remporter à deux reprises les 12 Heures de Sebring puis de prendre sa retraite. Il est aujourd’hui commentateur à la télévision et supervise la carrière de son fils.

Conor Daly est né le 17 décembre 1991. Il débute par la Karting à l’âge de 10 ans et impressionne d’emblée les observateurs. Il passe à la voiture en 2008 et remporte les Skip Barber National Series. En fin de saison, il fait ses débuts en Formule Ford 1600 en Angleterre et s’impose d’entrée de jeu. Il choisira pourtant de rester aux USA et de s’aligner en Star Mazda Series. Troisième du championnat l’année dernière, il signe avec le Juncos Racing pour 2010. A la mi-saison, il est largement en tête du classement.

Après une troisième place dans la manche d’ouverture à Sebring (remportée par le Français Tristan Vautier), il remporte sans coup férir les quatre courses suivantes.

Il disputait ce week-end à New Jersey la sixième et la septième manche de la saison. Dans la course de samedi, il lui arrivait une mésaventure plutôt inhabituelle : il était pénalisé pour départ anticipé… par erreur ! Reparti en fin de peloton, il remontait à la troisième place et recevait ensuite des excuses officielles de la part de la direction de course… Lors de la course de dimanche, il était handicapé par un manque de grip mais il limitait à nouveau les dégâts en finissant quatrième d’une épreuve remportée par Tristan Vautier.

A six courses de la fin de saison, Conor compte aujourd’hui 41 points d’avance sur le Norvégien Anders Krohn, 55 sur le Brésilien Joao Horto et 63 sur Tristan Vautier.

Au milieu de ce week-end chargé, Conor Daly a eu la gentillesse de nous accorder un peu de son temps pour répondre à nos questions.

US Racing : Votre début de saison a été quasiment parfait. Est-ce aussi facile que ça en a l’air ? Quels seront vos principaux rivaux pour la seconde partie de la saison ?

Conor Daly : « Ce n’est assurément pas aussi facile que ça en a l’air ! L’équipe et moi travaillons très dur, et quand on travaille dur, les bons résultats arrivent ! Chaque course est un nouveau challenge et nous faisons notre possible pour gagner. Mes principaux rivaux cette année sont les pilotes du Andersen Racing et ceux du Team Apex. Il y a de très bons pilotes dans ces deux teams et ce n’est jamais facile de les battre. »





Victoire sur l’Iowa Speedway.

© Ron McQueeney / Indy Racing League

US Racing : Il y a plusieurs courses sur ovale au calendrier des Star Mazda Series. Appréciez-vous ce type de circuits ? Pouvez-vous nous expliquer les principales différences dans la façon de piloter et de régler la voiture ?

Conor Daly : « J’aime beaucoup les courses sur ovale. On y prend beaucoup de plaisir. La course sur l’Iowa Speedway a été l’une de mes préférées cette année. Les ovales sont complètement différents des routiers. Les réglages sont également complètement différents. Heureusement, je suis dans une très bonne équipe et nous travaillons beaucoup sur le set-up. Jusqu’ici, nous avons été en mesure de rendre la voiture très rapide. En ce qui concerne le pilotage, il faut être beaucoup plus précis et plus doux. Une seule petite erreur et vous pouvez finir dans le mur. »

US Racing : Votre père était un pilote reconnu en F1 et en Indycar et il est toujours très impliqué en sport automobile aujourd’hui. Est-ce une grande aide pour vous ? Quel est son rôle dans votre carrière ?

Conor Daly : Il a beaucoup d’expérience en sport automobile et c’est vraiment une grande aide. Il m’a donné beaucoup de conseils de pilotage quand j’étais jeune, et maintenant il a plus un rôle de manager. Je peux également bénéficier de ses nombreux contacts dans le milieu.

US Racing : Vous êtes venu en Angleterre il y a deux ans et y avez gagné d’emblée (le Walter Hayes Trophy de Formule Ford). Pourquoi avoir décidé de rester aux USA ?

Conor Daly :   « J’ai choisi de rester aux Etats-Unis car j’ai remporté le Skip Barber National Championship à la fin 2008. J’ai reçu une bourse de Mazda pour courir aux USA l’année suivante. Je ne pouvais pas refuser cela. »

US Racing : Quel est votre objectif pour l’avenir ?

Conor Daly :   « Mon but est la F1. C’est mon rêve et je ferai tout mon possible pour le réaliser. La F1 a besoin d’un pilote américain et je veux être ce pilote. »

US Racing : Vous avez déjà fait des tests en F3, Formule Renault et Formula Master. Quel est la prochaine étape : continuer aux USA ou venir en Europe ?

Conor Daly :   « Je crois que la prochaine étape doit être l’Europe. Pour autant, nous ne savons pas encore précisément ce que nous ferons. Le GP3 est un championnat particulièrement intéressant. »

US Racing : Comment se situe la voiture de Star Mazda par rapport à une F3 ?

Conor Daly :   « La Star Mazda a un peu plus de puissance, mais un peu moins de grip. Je pense que la Star Mazda aurait l’avantage sur un tour, mais pas forcément sur tous les circuits. »

US Racing : J’imagine que vous avez suivi la saga US F1 cet hiver. Pensez-vous que le fiasco de cette équipe va causer du tort à la F1 en Amérique ?

Conor Daly :   « Je ne sais pas si cela va causer du tort. D’un côté cela ne va pas aider, mais de l’autre je ne pense que cela pose réellement problème. Il y a toujours des gens passionnés de F1 aux Etats-Unis qui souhaitent voir l’Amérique revenir en F1. »

US Racing : Vous avez récemment assisté au Grand Prix du Canada en tant qu’invité de Bernie Ecclestone. Quel est votre sentiment après ce week-end ?

Conor Daly :   « J’ai pris beaucoup de plaisir au GP du Canada ! J’ai eu la possibilité de rencontrer beaucoup de personnes de différentes équipes et j’ai pu leur faire savoir que je voulais être en F1 dans le futur. Ce voyage a été très bénéfique pour moi. Et en plus, j’ai beaucoup aimé la course ! »

US Racing : Quel est le meilleur aspect de la vie d’un pilote ? Et quel est le plus contraignant ?

Conor Daly :   « Le meilleur côté, c’est de pouvoir voyager autour du monde pour piloter des voitures de course. Nous allons dans certains des endroits les plus cools de la planète et nous avons l’occasion de piloter certaines des voitures les plus impressionnantes du monde. Le côté le plus contraignant, je dirais que c’est de devoir trouver de l’argent et des sponsors. C’est toujours compliqué de trouver les budgets et c’est le côté le plus difficile du sport automobile. »

US Racing : Quelle a été votre plus belle victoire jusqu’ici ?

Conor Daly :   « C’était cette année sur le O’Reilly Raceway Park, car c’était dans ma ville natale (Indianapolis) et ma famille et beaucoup de mes amis étaient présents. C’était aussi la plus grosse course de l’année car elle se disputait le même week-end que l’Indy 500 et j’ai pu faire plusieurs grosses interviews. C’était un week-end vraiment particulier pour moi et j’en ai apprécié chaque instant. »

eget at eleifend justo elementum id Donec