NASCAR Sprint Cup Series : le point à mi saison

L’actuel leader du classement général, Kevin Harvick, effectue une saison qui n’a rien à voir avec celle de 2009, où au même stade de la compétition il n’avait pas enregistré de victoire et n’avait que cinq top-5 pour neuf top-10. Cette année il a deux succès (Talladega en avril et Daytona il y a quelques jours) huit top-5, treize top-10 et plus de mille points de plus de marqués que l’an dernier.

Le pilote de la Richard Childress Racing, rookie de la saison 2001, compte 212 points d’avance au classement sur son dauphin, le quadruple champion de la NASCAR Sprint Cup Series, Jeff Gordon.

Voici maintenant quelques statistiques sur cette première partie de saison :

– 0 : le nombre d’abandons de Kevin Harvick alors que Jeff Gordon en compte deux et Jimmie Johnson déjà quatre ;

– 1,294 : l’écart moyen à l’arrivée cette année, sachant que onze des dix-huit épreuves disputées se sont terminées avec une marge de victoire inférieure à la seconde ;

– 4 : les pilotes ayant un rating supérieur à 100 : Jimmie Johnson 109,8), Jeff Gordon (106,5), Jeff Burton (102,2) et Kurt Busch (101,4) ;

– 6 : le nombre de pistes sur lequel Jimmie Johnson ne s’était pas imposé avant le début de la saison, en gagnant à Bristol et Sonoma, il n’a plus que quatre piste sur lesquelles il ne s’est jamais imposé (Michigan, Watkins Glen, Chicagoland et Homestead) ;

– 7 : le nombre de vainqueurs différents ;

– 8,1 : la place moyenne à l’arrivée de Kevin Harvick. Il est le seul pilote à avoir une moyenne inférieure à dix ;

– 12 : les polemen cette année. C’est aussi le nombre moyen de leaders différents par couse ;

– 28 : le nombre moyen de dépassements pour la tête de la course ;

– 31 : les pilotes ayant au moins un top-10 cette saison ;

– 46 : les pilotes ayant mené au moins un tour cette année ;

– 50 : pourcentage moyen des pilotes terminant dans le tour du vainqueur ;

– 54,7 : le pourcentage de tours parcourus dans le top-15 pour Denny Hamlin qui compte cinq victoires mais aussi cinq résultats hors du top-20 ;

– 78 : pourcentage moyen des voitures à l’arrivée ;

– 89,4 : le rating de Juan Pablo Montoya, le plus élevé pour un pilote hors du top-12. Le Colombien compte huit top-10 mais aussi sept arrivées au-delà de la trentième place ;

– 507 : le nombre de meilleurs tours de Jimmie Johnson à comparer aux 133 de Kevin Harvick ;

– 3613 : la moyenne de dépassements sous drapeau vert par course ;

Du côté des constructeurs, les quatre sont dans le top-12 du classement des pilotes et excepté Ford ils ont gagné au moins deux courses. La marque à l’ovale bleu n’a toujours vu la Victory Lane.

La course de Talladega au printemps a connu deux records historiques que sont le nombre de changements de leader en une course avec quatre-vingt-huit et le nombre de leaders différents sur une même épreuve avec vingt-neuf.

Le spoiler a également fait son retour en NASCAR Sprint Cup Series pour l’épreuve de Martinsville, sixième étape du calendrier, alors que les multiples green-white-checkered ont fait leur apparition dès la première manche de l’année à Daytona.

Sept courses se sont terminées sous le régime du green-white-checkered et trois d’entre elles en ont connu plusieurs, avec deux à Daytona et Atlanta et trois à Talladega. L’épreuve de Pocono a été la seule à se terminée sous régime de neutralisation.

Plusieurs pilotes ont eu maille à partir, pour n’en citer que quelques-uns nous avons pu avoir Carl Edwards contre Brad Keselowski du côté d’Atlanta, Jeff Gordon et Jimmie Johnson au Texas, Joey Logano et Kevin Harvick à Pocono sans oublier Denny Hamlin et Kyle Busch à Charlotte.

La saison 2010 marque également le retour en grâce de la Richard Childress Racing avec Harvick leader, Burton huitième et Bowyer quatorzième du classement.

Mais à mi-parcours certaines questions demeurent toujours en suspens :

– Jimmie Johnson sera-t-il capable de remporter un cinquième titre consécutif ?

– Dale Earnhardt Jr. va-t-il conserver une place parmi les douze premiers ?

– Jeff Gordon peut-il renouer avec la victoire ?

– Mark Martin aura-t-il les capacités pour rebondir en cette seconde partie de saison ?

dolor libero elementum commodo Nullam leo. mattis Sed consectetur lectus libero