LifeLock.com 400 : faits marquants

David Reutimann a remporté les LifeLock.com 400, sa seconde victoire en 119 départs en NASCAR sprint Cup Series.

Il s’agit de son premier succès cette saison et de son quatrième top-10. Cela faisait quarante-deux courses (Coca-Cola 600 2009) qu’il ne s’était pas imposé.

En quatre particiaptions sur le Chicagoland Speedway il compte une victoire et un top-10.

Deuxième, Carl Edwards a décroché son deuxième top-10 en six apparitions à Joliet. C’est le huitième top-10 du pilote de la Roush Fenway Racing cette année, mais seulement son second top-5 de la saison, lui qui n’avait jusqu’alors pas fait mieux que cinquième, c’était à Richmond.

Jeff Gordon, troisième a décroché son septième top-10 en douze courses à Joliet. Sa dernière victoire remonte au Texas en 2009, soit quarante-huit épreuves disputées sans la moindre victoire, un record dans sa carrière dans la plus longue division de la NASCAR.

Kevin Conway a été le meilleur rookie de l’épreuve en trente-troisième position. Comme souvent ces derniers mois, il était le seul à être engagé.

Malgré ses déboires, Kevin Harvick conserve la tête du classement général, mais Jeff Gordon se rapproche à cent-trois points du pilote de la Richard Childress Racing.

Carl Edwards a mené deux tours lors de cette épreuve. C’est la seconde fois qu’il mène cette année, la première fois étant intervenue lors de la dixième manche de la saison à Richmond où il avait déjà mené deux boucles.

Edwards est le pilote du top-12 comptant le moins de points de bonus liés aux nombres de tours menés avec dix unités. Parmi les pilotes ayant fait l’intégralité de la saison seuls Marcos Ambrose, Regan Smith et Bobby Labonte ont moins de points de bonus que lui avec cinq chacun.

David Reutimann s’est imposé en 2 heures 45 minutes et 34 secondes à une vitesse moyenne de 145,138 mph ce qui fait qu’il a remporté la course la plus rapide jamais diputée sur le Chicagoland Speedway.

Ce n’est cependant que la seconde course la plus courte de la saison en temps (douze minutes de plus qu’au New Hampshire) et la quatrième plus rapide en terme de vitesse moyenne derrière le Michigan (156,386 mph), Talladega (150,590 mph) et le Texas (146,230 mph).

Comme au New Hampshire, il n’y a eu que quatre neutralisations soit le plus petit nombre depuis le début de la saison.

Cette dix-neuvième manche de la saison a vu un autre record être égalé, celui du plus petit nombre de leaders avec sept, comme à Pocono il y a quelques semaines.

Enfin, c’est le record du plus petit nombre de changements de leader qui a été battu avec seulement dix. La plus petite marque précédente était de douze tant à Richmond qu’à Sonoma.

Jamie McMurray est le pilote qui a passé le moins de temps dans la voie des stands parmi les pilotes ayant fini la course. Il est resté trois minutes neuf secondes et deux millièmes – temps d’immobilisation compris – soit une moyenne de 37,800 secondes par passage par les stands. Il devance Clint Bowyer et Martin Truex Jr..

Le vainqueur de la course, David Reutimann, n’est que douzième de cette statistiques à plus d’une seconde et demi en moyenne de McMurray par arrêt au stand.

A noter que le top-12 de la course n’a effectué que cinq arrêts. Matt Kenseth, treizième, est le premier à six arrêts.

C’est à Kevin Conway que revient la palme du plus grand nombre d’arrêts aux stands avec dix, alors que David Stremme est celui qui a passé le plus de temps dans les stands avec plus de quarante-huit minutes. Il faut noter que ce temps prend également en compte le passage par les garages pour réparer.

venenatis, id elit. risus. ipsum quis vulputate, tristique diam