Brad Keselowski nouveau roi chez lui !

Le Michigan International Speedway est un ovale spécial pour Brad Keselowski, puisqu’il s’agit de celui se situant le plus près de chez lui. Et après avoir remporté l’épreuve l’an dernier grâce à un dépassement dans le dernier tour, il n’a cette fois-ci laissé le soin à personne d’écrabouiller la concurrence.

Le pilote de la Dodge Challenger n°22, la voiture la plus belle du plateau selon ses dires, a signé un rating parfait de 150,0 et s’est finalement imposé avec 3,179 secondes d’avance sur Carl Edwards. Le pilote Penske aura mené pas moins de 89 des 125 boucles que comptait l’épreuve.

Qui dit course sur superspeedway nécessite d’avoir une aérodynamique parfaite. Force est de constater que la Dodge Challenger est la meilleure à ce jeu là. Deux poles positions et une victoire en deux courses, à chaque fois avec un seul homme : Brad Keselowski. Pourtant un ton en dessous lors des essais qui s’étaient déroulés au printemps les hommes de chez Dodge et de chez Penske ont su unir leurs efforts pour maintenant dominer la concurrence.

Pourtant, tout n’a pas été aussi rose pour Brad Keselowski que le résultat veut bien le montrer le résultat de la course. En effet, le leader du classement général a été trahi par son embrayage ce qui lui a fait perdre de précieuses secondes au moment de repartir de son emplacement dans la ligne des stands.

Il a fallu attendre la mi-course pour avoir la première neutralisation suite à de l’huile sur la piste, huile répandue par la Dodge Challenger de Chase Austin. A cet instant, alors qu’un cycle d’arrêts sous drapeau vert avait été effectué, Brad Keselowski avait réduit ses adversaires à sa plus simple expression, à savoir lui-même, puisque son plus proche poursuivant, Paul Menard était à plus de onze secondes et dix-huit pilotes seulement étaient dans le tour du leader.




Tout le monde profitait de cette neutralisation pour ravitailler une deuxième fois et c’est à cet instant que les problèmes d’embrayages commençaient à handicaper Keselowski qui ne repartait qu’en seconde position de la voie des stands. Il luttera ensuite avec Paul Menard et Carl Edwards pour la tête de la course avant de la prendre à ce dernier pour la dernière fois au tour 117 sur les 125 qu’il y avait à parcourir.

Keselowski a finalement remporté les CARFAX 250 devant Carl Edwards, Kyle Busch, qui est revenu de l’arrière du peloton suite à un problème dans les stands peu après la mi-course, Justin Allgaier, Paul Menard, Joey Logano, Elliott Sadler, Reed Sorenson, le rookie Colin Braun et Kevin Harvick qui n’aura pas été épargné tout au long de l’épreuve.

Harvick est tout d’abord reparti trop vite des stands, emportant sur sa voiture la bombonne de ravitaillement en carburant il a donc été pénalisé par un passage obligatoire dans la voie des stands. Il a ensuite percuté la fenêtre d’un concurrent qui s’était désolidarisé de la voiture, ce qui fut la cause de la seconde neutralisation. Harvick passera du temps à son stand pour enlever la fenêtre, mais fort heureusement ni le splitter, ni les amortisseurs n’étaient endommagés.

Danica Patrick était engagée ce week-end et n’a tout simplement pas brillé. La pilote d’IndyCar et de la JR Motorsports en Nationwide a terminé en vingt-septième position à plus de quatre tours. Va maintenant venir le temps des interrogations et des remises en questions pour Danica Patrick et son patron Dale Earnhardt Jr.. Un passage en ARCA n’aurait-il pas été plus judicieux pour elle avant la Nationwide ? A la vue de ses résultats, cette question mérite vraiment d’être posée.

Grâce à cette victoire, Brad Keselowski accentue encore un peu plus son avance puisqu’il compte désormais 347 unités de plus qu’Edwards. La nouvelle voiture fera deux nouvelles sorties cette année, à Richmond le mois prochain, puis à Charlotte en octobre, soit un short track et un ovale intermédiaire, avant d’arriver à plein temps dès 2011.

ipsum elit. consequat. Sed porta. et, eleifend ipsum tempus venenatis ut justo