Denny Hamlin était le plus fort

Le pilote de la Joe Gibbs Racing, Denny Hamlin, a une nouvelle prouvé qu’il était l’homme fort sur le Martinsville Speedway en remportant les TUMS Fast Relief 500 avec autorité. Parti depuis la pole position il allait mener les premiers tours avant de laisser les commandes pour revenir en tête dans les tous derniers tours de l’épreuve et s’imposer pour la septième fois de la saison.

Au contraire des autres favoris de la course, Denny Hamlin a donc répondu présent quand il le fallait, à savoir en fin de course. Il s’impose avec 2,318 secondes sur Mark Martin, qui signe ainsi son meilleur résultat de la saison.

Denny Hamlin : “Nous n’avions pas la voiture gagnante tout au long de l’épreuve. Mike et les gars ont fait du bon travail pour ajuster au mieux. Il fallait être à l’intérieur, c’était la clé. Il fallait également être patient.”

Le pilote de la Hendrick Motorsports était littéralement survolté en fin de course, doublant un à un ses adversaires dont Jeff Burton par l’extérieur avec une facilité déconcertante. Longuement leader Kevin Harvick a dû se contenter de la troisième place, son meilleur résultat sur le petit ovale de la Virginie en NASCAR Sprint Cup Series.



Pourtant tout n’a pas été aussi simple pour Martin qui a connu un problème de surchauffe de ses freins dès le trentième tour et à ce moment la question était de savoir s’il était possible pour lui de boucler l’intégralité de l’épreuve.

Mark Martin : “La dernière centaine de tours était très sympa. Je veux remercier tout le monde à la Hendrick pour le soutien apporté après un été difficile.”

Kyle Busch a longuement lutté dans les derniers tours pour prendre l’avantage sur Jimmie Johnson. Les deux hommes complètent le top-5. A noter que le quadruple champion en titre n’a pas mené la moindre boucle lors de cette épreuve. Le reste du top-10 est composé de Joey Logano, Dale Earnhardt Jr., Carl Edwards, Jeff Burton et Brad Keselowski.

La course aura connu quinze neutralisations pour un total de quatre-vingt-dix boucles derrière la voiture de sécurité. Parmi les incidents notables, Clint Bowyer qui peu de temps avant le deux-centième tour s’est fait percuter par Mark Martin dans le virage n°3 perdant ainsi toute chance de bien figurer dans cette course.

Trente tours plus tard Mark Martin sera de nouveau impliqué dans un accident avec A.J. Allmendinger, mais une nouvelle fois le pilote de la Hendrick Motorsports s’en tirera sans gros dégât.

A cent-cinquante tours du but c’est Greg Biffle qui s’égarait dans le virage n°2 ce qui forçait les officiels à appeler la voiture de sécurité pour la douzième fois. Mais l’incident majeur est certainement celui du tour 386 lorsque Kurt Busch, n’appréciant pas une poussette de Jeff Gordon quelques secondes plus tôt allait envoyer le septuple vainqueur sur cette piste dans le muret intérieur, réduisant à néant toute chance de victoire pour Gordon qui s’est classé vingtième à deux tours.



A une semaine de Talladega, Denny Hamlin effectue un rapproché intéressant, puisqu’il revient à six points de Jimmie Johnson. Kevin Harvick est troisième à soixante-deux points. Derrière les chances de titre se sont quasiment définitivement envolées, puisque Kyle Busch quatrième est déjà à cent-soixante-douze longueurs. Le reste du peloton est à plus de deux-cents longueurs.

ut massa Nullam eget dolor. consectetur dictum elementum mattis Aliquam leo ipsum