Carl Edwards met fin à deux ans de disette !

Tout se jouera à Homestead ! Les douze pilotes qualifiés pour le Chase avaient coché la date du 21 novembre dans leur calendrier pour aller décrocher le titre. Denny Hamlin, Jimmie Johnson et Kevin Harvick nous font la promesse d’une finale grandiose !

Depuis Miami en novembre 2008 Carl Edwards n’avait plus foulé la Victory Lane en NASCAR Sprint Cup Series. En remportant les Kobalt Tools 500 sur le Phoenix International Raceway le pilote de la Ford Fusion n°99 remporte ainsi sa seconde course du week-end, après sa victoire obtenue en Nationwide, et consolide ainsi sa quatrième place au classement général.

Parti depuis la pole position, Carl Edwards allait dominer la première partie de l’épreuve avant de céder le commandement à Denny Hamlin. Le pilote Gibbs allait alors s’affirmer comme l’homme à battre menant pas moins de 190 boucles.

Edwards prendra définitivement la tête de l’épreuve à Hamlin dans le 265ème tour et sera capable d’économiser tout le carburant présent dans son réservoir pour aller décrocher sa première victoire de la saison.


Contrairement au pilote Roush, Denny Hamlin n’a pas réussi à économiser suffisamment. Plutôt que de risquer une panne d’essence qui se serait avérée désastreuse pour le championnat, Hamlin est repassé par les stands à douze tours du but et a remis le carburant nécessaire pour boucler la course sans risque.

Reparti en fond de top-20, il parviendra à remonter jusqu’à la douzième place, limitant ainsi les dégâts par rapport à Jimmie Johnson et Kevin Harvick respectivement cinquième et sixième.

Carl Edwards s’est finalement imposé avec 4,470 secondes d’avance sur Ryan Newman. Joey Logano, qui n’en finit plus d’enchaîner les bons résultats s’est classé troisième devant un autre pilote Roush, Greg Biffle.

Derrière Harvick, le reste du top-10 est complété par Matt Kenseth, Mark Martin, Kurt Busch et Jamie McMurray.

Deuxième sous le drapeau blanc, Juan Pablo Montoya est tombé en panne d’essence dans le dernier virage et n’a pas été en mesure de rallier l’arrivée dans le top-10. Il se classe finalement seizième.

La course a été neutralisée à cinq reprises pour un total de vingt-cinq tours derrière la voiture de sécurité.

Constamment aux avants-poste Denny Hamlin semblait bien parti pour faire la bonne opération au classement général. Avant de repasser par les stands à douze tours du but, il comptait une soixantaine de points d’avance sur Johnson au classement en temps réel ce qui lui aurait permis d’aborder la dernière manche de la saison avec un peu moins de pression, malheureusement pour lui, la panne d’essence le guettait.

Jimmie Johnson a pour sa part connu une course plus difficile qu’à l’accoutumée à Phoenix. Si ses mécaniciens faisaient du très bon travail lors des différents arrêts en lui faisant gagner des places, il avait du mal à les conserver sur la piste lorsque les runs s’éternisaient. En délicatesse avec sa voiture, il a cependant été capable d’économiser son carburant dans le dernier relais pour aller au bout sans avoir à plonger de nouveau dans la voie des stands.

Troisième homme au championnat, Kevin Harvick a bien failli tout perdre lors du dernier ravitaillement sous drapeau jaune au tour 236. Le pilote de la Richard Childress Racing, qui avait taillé la route sur la piste pour se placer dans le top-5, allait être pénalisé par un passage supplémentaire par les stands car un écrou n’avait pas été fixé à l’arrière gauche.

Ce passage supplémentaire par la vie des stands lui permettait de remettre du carburant dans le réservoir, ce qui allait lui permettre de ne pas se préoccuper de sa consommation en fin d’épreuve. Reparti en fond de top-20 au tour 240, Harvick est alors remonté patiemment non sans se faire quelques frayeurs notamment avec son équipier Clint Bowyer.

Au soir de cette avant-dernière épreuve de la saison Hamlin, Johnson et Harvick occupent les trois premières places dans cet ordre. Johnson n’est qu’à quinze longueurs du pilote Gibbs alors que Kevin Harvick est à quarante-six longueurs du leader du championnat. Quatrième, Edwards ne peut plus être titré, puisqu’il compte un débours de 264 unités.

elit. adipiscing consectetur ipsum ipsum ut quis, ultricies