Les pilotes de NASCAR heureux pour l’IndyCar

Qui l’eut crû ? La NASCAR qui a dépassé l’IndyCar en termes de popularité dans le monde des sports mécaniques aux Etats-Unis s’est réjouie du retour de Chevrolet en monoplaces.

Chevrolet, constructeur illustre en NASCAR qui a remporté son 34ème titre de champion cette année mènera de front deux projets : la NASCAR Sprint Cup et l’IndyCar. Via ces engagements, la marque de Detroit veut prouver son savoir faire et son leadership en termes d’innovations et de maîtrise technique. La NASCAR aurait pu réagir négativement face à ce choix mais c’est finalement le fair-play qui prédomine dans les déclarations des pilotes.

Tony Stewart :Merci Dieu, nous avons enfin un motoriste américain de retour sur l’Indianapolis Motor Speedway.“, a déclaré soulagé le champion IRL 1997. Pour autant, Stewart a tenu à préciser qu’il ne s’engagera pas à l’Indy 500 et qu’il ne montera pas une structure en monoplaces, faute de temps.

Jeff Burton :Chevrolet fait tellement partie de l’histoire des sports mécaniques aux USA. Ne pas avoir de motoristes américains à l’Indy 500 est décevant. C’est super pour les 500 Miles et pour Chevrolet d’être de retour et je pense que c’est aussi une bonne affaire pour le sport auto américain. Chevy est tellement impliqué en sports mécaniques. Certains pourraient penser ‘Ouais je préfèrerais qu’ils dépensent cet argent en NASCAR mais le fait qui compte est que nous avons besoin d’une motoriste américain à l’Indy 500 et je pense que c’est bien que Chevrolet ait fait le premier pas.

Les propos de Burton soulignent bien l’importance qu’ont les 500 Miles d’Indianapolis dans le coeur des américains. Avec ses déclarations, le pilote Childress prouve bien que les 500 Miles d’Indianapolis sont bel et bien la plus grande course de l’année aux USA.

Jimmie Johson :Je suis heureux de voir que Chevrolet sera de retour. Peut-être qu’ils me donneront une chance de courir là-bas un jour.

Le quadruple champion de NASCAR dont le début de carrière le destinait à la monoplace continue donc de faire du pied aux patrons d’écuries concernant un test en IndyCar. On se souvient qu’en juin après sa victoire à Sonoma, le pilote Hendrick avait fait part publiquement de son souhait de s’essayer au volant d’une Formule Un ou d’une IndyCar.

ut diam luctus elit. Lorem vulputate, mattis accumsan