Il va y avoir du boulot chez Penske !

Pour la première fois en 2010, Penske a été la seule écurie à être motorisée par Dodge. Le constructeur au bélier, en très grosse difficultés financières en début d’année, avait décidé de réduire drastiquement ses investissements dans le sport automobile.

Alors atout ou contrainte ? Penske étant la seule écurie Dodge, elle pouvait ainsi développer la voiture telle qu’elle le voulait, en contrepartie avec seulement trois pilotes dont un seul véritable metteur au point la partie s’annonçait plus que difficile et c’est bel et bien ce qu’il s’est passé.

Kurt Busch avait commencé la saison d’une excellente manière en gagnant à Atlanta puis en réalisant le doublé All Star / Coca-Cola 600 quelques semaines plus tard. La suite n’a pas été du même acabit. D’une manière générale le champion 2004 a commencé à perdre de la vitesse après la première épreuve du New Hampshire puisqu’il n’a signé que deux top-5 par la suite alors qu’il en avait déjà sept avant.

Ses playoffs ont été catastrophiques avec seulement deux top-10 (quatrième à Dover et neuvième à Phoenix). Il a finalement terminé onzième du championnat avec deux victoires à son actif, neuf top-5 et dix-sept top-10. Mais si les performances du début de saison avaient été confirmées il aurait pu faire beaucoup mieux.

Concernant Brad Keselowski, il aura fallu attendre la 31ème course de la saison pour qu’il signe son premier top-10, exploit qu’il a réédité le week-end suivant à Talladega. Malgré sa demande de renforts pour son écurie n°12, la saison de ce jeune pilote aura été bien maigre.

Enfin Sam Hornish Jr. n’a pas non plus été capable de relever le niveau de Dodge cette année puisqu’il n’a signé qu’un seul top-10 au New Hampshire. Ainsi pourrait-on conclure que la Penske Racing n’avance pas avec ses Charger et que tout est terminé. Cependant, il y a de bonnes raisons d’être positif en l’avenir et cela pour plusieurs raisons.

La première concerne la nouvelle version de cette voiture pour 2011 qui sera vraiment la première voiture développée entièrement avec la Penske Racing et pour cette équipe. Les deux partenaires semblent déjà avoir beaucoup travaillé sur le sujet puisqu’ils ont mis un certain temps avant de présenter leur nouvelle monture.

De plus, l’écurie du capitaine a démontré toutes ses compétences et sa maitrise dans la conception de la Dodge Challenger pour la NASCAR Nationwide Series. Malgré les restrictions budgétaires du constructeur américain, malgré le fait que la Penske Racing ne soit pas une écurie de pointe à proprement parler (en comparaison avec la Hendrick ou la Gibbs par exemple) tout en étant la seule écurie à développer cette voiture, la Challenger semble représenter l’arme absolue pour l’année à venir dans la seconde division de la NASCAR. Pourquoi ne pourraient-ils pas faire de même en Sprint Cup ?

A défaut d’avoir de l’argent par le constructeur au bélier, Penske a réussi à dégoter un second (très) gros sponsor pour 2011. En effet, Brad Keselowski, jusqu’ici dans une écurie au budget très serré, se retrouve propulsé dans la voiture n°2 avec Miller Lite et surtout avec son chef d’équipe Paul Wolfe avec qui il a été champion Nationwide cette année. Quand on voit ce que ce jeune garçon était capable de faire avec des voitures Hendrick en 2009, il est fort probable que ses performances fassent un bon en avant assez spectaculaire.

Quant à Kurt Busch il se retrouve dans la n°22 avec Shell / Pennzoil qui devrait apporter beaucoup plus d’argent que Mobil 1. Il conserve néanmoins toute son équipe de cette année. Du côté de Sam Hornish Jr., rien n’est encore fait pour le moment et son avenir en Cup n’est pas encore assuré.

Ce qui signifie donc que l’écurie du Capitaine aura plus de moyens que cette année alors qu’ils devraient vraisemblablement engager une voiture en moins. La recette du succès ? A voir dès le mois de février !

id dictum efficitur. in elit. sed porta. ut diam Curabitur Aliquam ante.