Joey Logano dans le bon tempo

Après une première saison encourageante malgré un début désastreux, Joey Logano a poursuivi sa progression en cette saison 2010 en remontant jusqu’à la seizième place du classement général. Même s’il n’a pas gagné cette saison, le jeune pilote Gibbs a signé sept top-5 et seize top-10, ce qui est une bonne moyenne.

La Toyota n°20 a tout de même connu quatre abandons, tous sur accidents, six arrivées au-delà de la trentième place et onze résultats après la vingt-cinquième position, ce qui reste élevé pour un pilote voulant jouer le Chase.

20ème lors du Daytona 500, le jeune prodige enchainait avec deux top-10 (cinquième et sixième) avant de connaitre un premier contre coup à Atlanta puis à Bristol qui l’ont fait dégringoler au classement. Second à Martinsville et dans le top-10 à Phoenix, il parvenait à réintégrer le top-12.

Les quatre épreuves suivantes n’ont pas été spécialement brillantes avant un petit sursaut entre Dover et le Michigan (deux dixièmes et deux treizièmes places en quatre courses). Puis jusqu’au Kansas, le pilote Toyota signait environ un top-10 toutes les trois courses.

A Fontana lors du chase, il terminait onzième, le début d’une série de très bons résultats. Septième à Charlotte une semaine plus tard, il gagnait une position à chaque course pour arriver jusqu’à la troisième place à Phoenix. Il terminera malheureusement sa saison sur une mauvaise note sur l’Homestead-Miami Speedway avec une accident et une 39ème place finale qui ne l’empêchera pas de rester seizième du classement général.

On notera également ses ennuis avec certains pilotes (Harvick, Newman ou encore Montoya pour ne pas les citer), même si cela reste anecdotique dans sa gestion de la saison. Si Logano n’a pas gagné cette année, il a néanmoins réalisé sa première pole en carrière sur le Bristol Motor Speedway alors qu’il s’est élancé seulement neuf fois depuis le top-10.

Pour la saison 2011, Logano peut espérer continuer sur sa lancée et pourquoi pas décrocher une place dans le Chase. Pour cela, il devra avoir moins de ‘courses sans’ comme à Atlanta par exemple où il a terminé vingt-septième alors qu’il n’a pas connu le moindre soucis lors de cette épreuve. Après tout les deux autres pilotes Gibbs en sont largement capables, alors pourquoi pas lui ?

accumsan Curabitur adipiscing dolor tristique dolor.