Saison mitigée pour Ryan Newman

Une fois de plus, Ryan Newman ne s’est pas qualifié pour le Chase. En fait pour faire simple l’Indiana Rocket ne s’est qualifié qu’une seule fois pour les playoffs depuis la saison 2006 incluse (en 2009). S’il fallait retenir une chose de positive cette année, c’est bien sa victoire lors de la première course de Phoenix. Sa précédente victoire remontait à 2008 et les Daytona 500, l’avant-dernière… New Hampshire 2005.

Le temps où Ryan Newman était un vrai candidat au titre est donc bien loin et cela s’est encore vu cette année. Son début de saison a été vraiment très moyen puisque après les cinq premières épreuves, il n’avait toujours pas signé le moindre top-15.

Son premier top-5 arrivait à Martinsville avec une quatrième place suivi donc d’une victoire un peu chanceuse à Phoenix qui lui permettait de revenir à la seizième place du classement général. Onzième au Texas, il connaissait son troisième abandon de l’année à Talladega. D’une manière générale, les courses de la Chevrolet n°39 sur les circuits à plaques de restriction ont vraiment été très moyennes cette année.

A Richmond, Newman commençait enfin à réaliser une série de performances intéressantes puisqu’il y terminait huitième avant de signer un nouveau top-10 à Darlington. Treizième à Dover, il terminait une nouvelle fois neuvième au Coca-Cola 600 après avoir signé la pole position.

Malheureusement pour lui et alors qu’il avait réussi à intégrer le top-12 après la course la plus longue du calendrier, il connaissait un gros passage à vide avec un seul top-10 lors des dix épreuves suivantes, au New Hampshire.

A partir de Bristol, le pilote de la Stewart-Haas Racing reprenait sa marche en avant avec six top-10 ainsi qu’une onzième place en sept épreuves. Il était cependant trop tard pour espérer mieux qu’une treizième place au classement général, position qu’il occupait au soir de Fontana.

La fin du championnat a été marquée par une seconde place à Phoenix après quatre courses catastrophiques ainsi qu’un top-10 à Homestead-Miami. Newman terminera donc quinzième du championnat avec quatorze top-10 et seulement 63 tours menés sur l’ensemble de l’année.

En qualifications, il n’est plus aussi dominateur qu’au début des années 2000 mais il continue à être assez bon dans cet exercice avec dix-sept départs depuis le top-10 cette saison. De toute façon, les qualifications ne prennent qu’une place assez restreinte dans les résultats en NASCAR, au contraire d’autres séries.

Au final, Newman est donc à la place qui est la sienne depuis cinq ans maintenant, à savoir vers le milieu du top-15. Il ne fait plus partie des tops pilotes et il n’y a aucune raison que cela change en 2011. A moins que…

ut Curabitur amet, Donec ut dolor. dolor lectus ultricies vel, id,