Cathy Elliott : Force et Histoire de la NASCAR

Il est intéressant de suivre les médias à cette période de l’année. Tout le petit monde de la presse et de l’internet y va de ses meilleures et pires choses des 12 mois précédents.

Classiquement, si vous avez une idée ou une opinion vous êtes A, un expert auto proclamé et B, persuadé que des tas de personnes s’intéressent à ce que vous dites ou à ce que vous écrivez.

Le seul domaine dont je suis experte est mon manque d’expertise et la mauvaise habitude de mes amis à regarder leurs montres quand j’ouvre ma bouche me laisse penser qu’ils ne sont pas toujours passionnés par mes propos.

Mais j’ai quand même une pulsion et j’ai un avis à donner sur la saison 2010 de NASCAR, donc je suppose que vous doutez de ce qui va suivre. Mes collègues spécialisés sur la NASCAR ont déjà fait du très bon boulot pour revenir sur les meilleurs moments de la saison 2010, décortiquant les plus grosses histoires, les meilleures arrivées, les controverses et les actions mémorables de l’année qui vient de se terminer. Il n’y a aucune raison pour moi de recommencer et je n’aurai pas mieux fait.

A la place, j’aimerai partager avec vous deux de mes perceptions sur cette saison, les choses qui m’ont le plus affectées et que me resteront en mémoire.

Comme tout fan de baseball, je suis très intéressée par les statistiques et les chiffres en tout genre. Cette année, deux statistiques ont été particulièrement importantes. Kyle Busch a remporté des courses dans chacune des trois séries nationales de la NASCAR lors d’un même week-end sur le Bristol Motor Speedway et – vous devez déjà en avoir entendu parler – Jimmie Johnson a remporté son cinquième titre consécutif en NASCAR Sprint Cup Series. Aucune de ces deux choses n’avait jamais été réalisées auparavant.

Bien que de nombreuses personnes ne soient pas fans de ces deux pilotes pour diverses raisons, leur talent est indiscutable et leur accomplissement indéniable. Il se trouve que j’aime bien ces deux pilotes, mais cela n’a aucune importance. Ce qui compte c’est le fait que l’histoire est rarement écrite et que cette année une grosse page dans le livre de la NASCAR l’a été. Quelque chose de très important dans l’histoire de la NASCAR a eu lieu en 2010 et nous étions là.

Dans quelques années, lorsque vous regarderez sur ESPN Classic avec vos petits-enfants la retransmission d’anciennes courses dont celle de 2010 sur le Homestead-Miami Speedway lorsque Johnson a remporté son cinquième titre vous direz : “Je me souviens de cette course. Je l’ai vue en direct”. Cela sera sans aucun doute un souvenir agréable à partager, un moment spécial.

Les vedettes de la NASCAR ont tellement des vies différentes des notres que nous oublions parfois qu’ils sont eux aussi humains. Cette immunité virtuelle qu’ils semblaient avoir a été ébranlée au mois de mai lorsque la Red Bull Racing a annoncé que son pilote Brian Vickers souffrait de gros problèmes de santé et qu’il mettait fin à sa saison.

Vickers, agé de moins de 30 ans, a depuis été écarté des circuits et à suivi un lourd traitement pour éliminer les caillots de sang qui menaçaient sa vie en attendant de savoir s’il pourrait un jour piloter à nouveau. Je me suis alors demandé comment allaient réagir les autres pilotes à cette nouvelle. Bien que les raisons exactes de la condition de Vickers ne soient pas connues, les caillots de sang sont généralement associés à des longs séjours en altitude et ces gars passent une bonne partie de leur temps dans des avions.

Vous rendre compte que votre carrière et votre santé peuvent être détruites en un instant vous donne forcement à réfléchir. Que vous soyez une superstar de la course automobile ou monsieur tout le monde, nous sommes tous des êtres humains à cet instant.

Le monde la NASCAR a perdu pas mal d’amis en 2010 dont Ed Shull, en charge des relations avec la presse depuis plusieurs années pour la marque Gatorade; Beth Tuschak, journaliste spécialisée auteur de plusieurs livres qui font références et bien sûr Jim Hunter Vice Président de la NASCAR en charge des communications qui a travaillé avec les médias pendant plus décennies.

Mais quand vous regarderez les garages de la NASCAR en 2011 vous verrez également de nouveaux visages – Genevieve Johnson et Leo Gordon, Brooklyn Newman et Carter McMurray, Manuela Montoya et Wyatt Sadler sont les heureux bébés qui ont rejoint le monde du sport automobile en 2010 et nous pourrions les retrouver dans un ou deux ans en train de faire un course de landau sur SPEED TV.

La famille de la NASCAR continue de grandir. Ceux qui sont partis ne seront jamais remplacés, mais c’est assez réconfortant de voir que le sport se régénère, qu’il rempli les places laissées vides et il va être fascinant de voir ces nouveaux membres de la famille y trouver leur place.

La saison 2011 s’annonce déjà historique, mais 2010 nous en a donné pour notre argent. Cette saison restera dans les mémoires comme une des plus disputées depuis presque une décennie. Nous pouvons avoir une certaine fiertée d’avoir fait partie de cet instant où l’histoire a été écrite. Cette année nous a permis de réaliser que rien n’est jamais acquis et d’apercevoir la frontière entre la défaite et un nouveau départ, le passé et le présent.

Cela a vraiment été une année spéciale. Pas forcement pour les choses dont nous nous rappellerons, mais plutôt pour celles que nous n’oublierons jamais.

Bonne année !

at Praesent velit, Praesent neque. felis fringilla