Firestone réfléchit à l’après 2011

L’IndyCar n’a cessé de nous abreuver de bonnes nouvelles cet hiver. Après l’annonce de deux nouveaux motoristes, le retour de Shell/Penzoil et la présence de trois Américains sur la grille de départ, presque tous les voyants sont au vert.

Pourtant une menace plane au-dessus des dirigeants de la série. Firestone pourrait ne plus être présent au-delà de la saison 2011, dernière année du contrat actuel. Randy Bernard a avoué être en discussion avec les représentants du manufacturier de pneumatiques Firestone.

Présent sans interruption en IndyCar depuis 1995 après une absence de 21 ans, les américains ont démontré tout leur savoir-faire dans le championnat automobile le plus compétitif des Etats-Unis. A tel point que Goodyear s’est vu contraindre de se retirer aussi bien du CART que de l’IRL à l’issue de la saison 1999.

Alors faut-il dores et déjà tirer la sonnette d’alarme ? Non si l’on en croit les déclarations rassurantes du Président de l’IndyCar :
Firestone est en train d’évaluer toutes ses possibilités marketing mais nous sommes actuellement en phase de négociation. Nous avons parlé à nouveau aujourd’hui et je suis plutôt optimiste quand à l’avancement du projet.“, a déclaré Bernard.

Si d’aventure Firestone, qui compte 64 victoires à Indianapolis, devait se retirer, d’autres noms figurent déjà sur les tablettes. Celui qui semble le plus probable serait Cooper Tires. Après avoir fournir les gommes de la Formule Atlantic, Cooper Tires équipe actuellement les Star Mazda et ses liens très serrés avec le constructeur Japonais (qui lui-même est partenaire de l’IndyCar) pourrait favoriser son accession à la catégorie “Reine” de la monoplace américaine. L’autre nom évoque un possible intérêt de Michelin qui fut le plus farouche adversaire de la maison Bridgestone en Formule Un de 2001 à 2007.

porta. ipsum mattis Nullam vulputate, ut