Rolex 24 : La revanche de Chip Ganassi !

La fin de course de l’édition 2010 des Rolex 24 s’était résumée à un duel à couteaux tirés entre la Riley Porsche n°9 du Action Express Racing, pilotée par Borcheller/Barbosa/Dalziel/Rockenfeller et la Riley BMW n°01 du Chip Ganassi Racing, pilotée par Papis/Pruett/Rojas/Wilson.

L’équipe de Chip Ganassi avait finalement dû s’incliner, infligeant rétrospectivement à son patron ce qui restera comme sa plus grande déception de l’année. En effet, le Ganassi Racing avait par la suite remporté le Daytona 500, l’Indy 500 et l’Indy 400.

A ce quasi sans faute, ne manquaient donc que les 24 Heures de Daytona…

Chip Ganassi avait une revanche à prendre, et une victoire à décrocher pour – à défaut de le faire la même année – réussir la passe de quatre à cheval sur deux saisons, chose que jamais personne n’a réussi avant lui.

Et aussi incroyable que cela puisse paraître, les Rolex 24 2011 ont de nouveau tourné à un affrontement entre le Action Express Racing et le Ganassi Racing.

Non qu’elles furent les seuls à animer cette épreuve, mais ce sont au final ces deux équipes qui se sont retrouvées face à face dans les dernières heures de course, sans oublier non plus la surprenante Riley United Autosport des semi-retraités Mark Blundell et Martin Brundle.

A l’arrivée, la n°01 de Scott Pruett/Memo Rojas/Graham Rahal/Joey Hand s’impose devant la n°02 de Juan Montoya/Dario Franchitti/Scott Dixon/Jamie McMurray. Les deux Riley ont toutes deux connu des soucis : crevaisons et splitter endommagé pour la 02, la contraignant par deux fois à remonter un retard de deux tours, et un changement de rapports de boite et une pénalité pour avoir heurté un pneu lors d’un ravitaillement pour la 01. Il faut au passage souligner l’excellente performance de Joey Hand pour sa première course chez Ganassi.

Contrairement à l’année dernière, le Action Express Racing a dû s’incliner et se contenter de la troisième marche du podium. Il aura peut-être manqué à la n°9 le soutien de la n°5, retardée dans le dernier tiers de la course alors qu’elle faisait partie du quatuor de tête. Un beau résultat néanmoins pour cette équipe et pour Terry Borcheller, Joao Barbosa, Max Papis et Christian Fittipaldi. Ce week-end, Ganassi était vraiment trop fort.

En revanche, certaines équipes ne furent jamais dans le coup, notamment le team Gainsco /Stallings, pour qui le cru 2011 est à nouveau synonyme de déception. Jamais effectivement cette écurie n’a réussi à s’imposer à Daytona.

D’autres impressionnèrent pendant quelques heures, mais ne tinrent pas la distance. La Riley Porsche Flying Lizard a ainsi animé le début de course avec une pointe de vitesse avec laquelle personne ne semblait pouvoir rivaliser. Malheureusement, un incident lors d’un restart puis une sortie de Seth Neiman réduisirent les espoirs du Flying Lizard à néant.

De même, le Level 5 Racing sembla un temps en mesure de contester la suprématie de Ganassi et d’Action Express. Mais des soucis mécaniques vinrent enrayer la machine. Idem pour le Suntrust Racing ou le Michael Shank Racing.

Le United Autosport a lui tenu la distance et il lui a manqué un petit rien en vitesse de pointe pour se mêler à la lutte finale. Il ne faut pas oublier de saluer la performance de Mark Blundell et surtout de Martin Brundle, très rapide après plusieurs années d’inactivité au plus haut niveau.

Pour finir, la course des GT a été pleine de surprise. Les premiers leaders ont tous rencontrés rapidement des soucis, à l’image de la BMW Turner de Boris Said ou de la Mazda n°70 qui s’était imposée l’an dernier.

C’est donc avec une surprise certaine que nous avons vu le petit Poucet de l’épreuve mener plusieurs heures la catégorie : la Mazda du Dempsey Racing pilotée par Tom Long, Joe Foster, Charles Espenlaub et la star Patrick Dempsey, a en effet crânement tenu sa place en haut de la hiérarchie jusqu’à un tête-à-queue de Long en deuxième partie d’épreuve. La Mazda décroche néanmoins un joli podium derrière deux Porsche, la victoire revenant à TRG et à l‘équipage Andy Lally/Spencer Pumpelly/Wolf Henzler/Brendan Gaughan/Steven Bertheau. Mais le résultat risque fort de laisser des regrets à Patrick Dempsey et à ses coéquipiers, car l’exploit était à leur portée.

Le rideau est maintenant tombé sur une superbe course. La saison Grand-Am est lancée, et le Chip Ganassi Racing est bien au rendez-vous. Ses adversaires sont prévenus !

libero venenatis Phasellus neque. sed Donec et, Nullam