Des victoires et le Chase en 2011 pour la Earnhardt Ganassi Racing

Avec quatre victoires en 2010 dont trois avec McMurray lors des Daytona 500, à Indianapolis et à Charlotte, on pourrait croire la saison de NASCAR Sprint Cup Series de la Earnhardt Ganassi Racing réussie, pourtant ni McMurray ni Montoya ne se sont qualifiés pour le Chase.

L’année 2011 semble partir sur de très bonnes bases l’écurie de Chip Ganassi avec une victoire aux Rolex 24, ainsi en à peine une année, l’écurie a remporté les Daytona 500, l’Indianapolis 500, le Brickyard 400, la seconde course de NASCAR à Charlotte, le titre de champion en IndyCar et donc les Rolex 24 !

Cependant, outre les victoires il faudra décrocher une qualification pour le Chase, ce qui serait une première pour McMurray, alors que Montoya a déjà une participation à son actif c’était en 2009. La première victoire sur un ovale pour Montoya est toujours attendue. L’ancien pensionnaire du CART et de la Formule 1 a remporté deux courses en Cup, les deux sur des pistes routières (Sonoma en 2007 et Watkins Glen en 2010).


Le Colombien, vainqueur de l’Indy 500 en 2000 a bien failli devenir le premier pilote à s’imposer à Indianapolis en monoplace et en NASCAR sans une nouvelle erreur en fin de course. Solide leader de l’épreuve, il repartait dans le peloton en fin de course, après avoir changé quatre pneumatiques contre deux à la majorité de ses adversaires. Trop impatient pour remonter, le Colombien était victime de sa fougue et terminait sa course dans le mur. Résultat, comme en 2009, il perdait à Indianapolis.

Si McMurray a signé une extension de son contrat pour 2012 avec une option pour 2013, Montoya sera en fin de contrat à l’issue de l’exercice 2011. Fera-t-il une infidélité à son écurie de cœur outre Atlantique ? Rien n’est impossible tant le marché des transferts s’annonce ouvert.

S’il veut cependant passer l’été tranquille et ne pas avoir à chercher une écurie pour 2012 et les années qui suivent, Juan Pablo Montoya se doit d’effectuer une première partie de saison solide. Son chef d’équipe devra également lui inculquer la patience, si le duo veut se retrouver plus souvent sur la Victory Lane.

velit, amet, vulputate, efficitur. libero odio ipsum