Rahal mène la révolte des américains

A seulement 21 ans, Graham Rahal fait figure d’icône dans le monde des sports automobiles américains. Fils du triple champion IndyCar (1986, 1987 et 1992) et vainqueur à Indianapolis (1986) Bobby Rahal, plus jeune vainqueur en IndyCar à seulement 18 ans, et véritable ambassadeur de son sport, le jeune Graham a tout pour lui.

Pourtant ces temps ont été difficiles pour le natif de Colombus en Ohio. 2010 l’a vu contraint de ne disputer qu’un calendrier partiel au sein de quatre écuries différentes : Sarah Fisher Racing, Rahal-Letterman Racing, Dreyer & Reinbold Racing et Newman/Haas Racing. La raison ? Un manque de soutient financier. Un comble pour celui qui représente l’espoir de toute une nation qui rêve de voir un Américain vainqueur à Indy et champion IndyCar (ce qui n’a plus été fait depuis Sam Hornish Jr. en 2006).

Fort heureusement, l’erreur a vite été corrigée puisqu’à l’issue de la dernière manche de la saison, Service Central annonça la signature d’un contrat avec Rahal lui permettant de participer au championnat 2011 dans son intégralité. Cerise sur le gâteau, c’est avec Chip Ganassi que Rahal défendra les couleurs de son sponsors. Alors certes ce n’est pas l’écurie historique qui a permis à Alex Zanardi, Juan-Pablo Montoya ou Dario Franchitti de briller mais il s’agira tout de même d’un matériel bénéficiant d’une excellente préparation et des données récoltées par les pilotes de pointes.

Voici les déclarations de Rahal à propos de la saison à venir :
C’est mon année. Evidemment, l’organisation Ganassi en tant qu’écurie a déjà… Ses performances parlent pour elle-même. Ca va être très amusant.

Pour moi, avec l’année qui arrive, ce sera vraiment ma saison à la ‘Will Power’, lorsque vous vous révélez vraiment et que vous accomplissez de grandes choses.


Avec de telles ambitions, inutile de dire que toute l’Amérique suivra avec attention les prestations du jeune homme. Car si les spectateurs attendaient un certain Marco Andretti il y a quelques années, il faut bien avouer que son manque d’implication et sa relative distance avec les fans l’ont quelque peu rendu antipathique aux yeux des amoureux de l’IndyCar et de son histoire. Un bien triste constat lorsque l’on connaît le plaisir qu’apporte son Grand-Père aux fans lors de chacune de ses apparitions publiques. Depuis, tous les regards se sont donc portés sur Rahal qui porte à la fois l’héritage de son père et les rêves de gloire de la part des spectateurs. Tout cela sur les épaules je vous le rappelle, d’un jeune homme de 21 ans…

Pourtant en 2011, Rahal ne sera pas l’unique Américain ayant la possibilité de bien figurer. En effet, Ryan Hunter-Reay victorieux l’année dernière à Long Beach, l’immanquable Danica Patrick vainqueur en 2008 à Motegi sans oublier Marco Andretti, vainqueur à Sonoma en 2006, tous ont l’opportunité de ramener la bannière étoilée sur la Victory Lane. Si l’on ajoute à ces stars, les noms d’Ed Carpenter, de J.R. Hildebrand (l’un des rookies à surveiller) et de Charlie Kimball (coéquipier de Rahal en 2011), les Etats-Unis ne compteront pas moins de sept représentants dès l’ouverture de la saison à St. Petersburg.

Une situation qui a de quoi ravir le Président de l’IndyCar ? Pas nécessairement d’après le principal intéressé. Randy Bernard souhaite bien évidemment qu’un Américain brille, mais il veut avant-tout attirer les meilleurs pilotes du monde.

Je ne préfère pas spéculer sur l’importance qu’un Américain gagne dans notre championnat. Je veux attirer les meilleurs pilotes du monde. Mais Graham Rahal correspond également à ce besoin.” En clair, il a tout pour lui et il doit désormais le prouver.

J’ai souvent entendu que Graham serait l’un des pilotes les plus capables au monde si seulement on lui donnait une chance. Désormais, il a l’un des meilleurs patrons d’écuries derrière lui. Il doit maintenant démontrer ses capacités.

Avec une forte expérience (il pilote au plus haut niveau depuis 2007), une bonne science de la course et un bon retour technique, tous les éléments semblent réunis pour que Rahal puisse enfin se révéler aux yeux du monde du sport automobile.

accumsan quis mattis efficitur. mattis tempus felis pulvinar eleifend