Michael Waltrip émerge du chaos à Daytona en Truck !

Michael Waltrip est passé au travers des goûtes, en évitant deux big one et a parfaitement géré la dernière relance de la course pour aller remporter les NextEra Energy Resources 250 en ne menant que les derniers mètres de la course.

A l’amorce du drapeau blanc Elliott Sadler et Michael Waltrip prenaient quelques longueurs d’avance sur ce qu’il restait du peloton et il était clair que la victoire allait se jouer entre les deux hommes. A l’amorce du tri-ovale Waltrip se décalait à l’extérieur et était capable de passer Sadler.

Au final Michael Waltrip devance Elliott Sadler, Clay Rogers, Miguel Paludo, Kyle Busch, Jennifer Jo Cobb, Jeffrey Earnhardt, Ricky Carmichael, James Buescher et Matt Crafton pour le top-10.


Rogers, Paludo et Jo Cobb ont enregistré leurs meilleurs résultats en carrière, pour Jennifer Jo Cobb, elle signe du même coup le meilleur résultat d’une femme en NASCAR Camping World Truck Series.

Sur la Victory Lane l’émotion était palpable et Michael Waltrip tombait dans les bras de sa fille Macey avant de défaire son casque et de répondre aux interviews.

Dès le départ de l’épreuve la Turner Motorsports s’emparait du commandement avec James Buescher en tête bien protégé par Ricky Carmichael. Kyle Busch, qualifié en milieu de peloton décidait de prendre son temps pour remonter, puisqu’il attendra le premier arrêt ravitaillement pour faire son entrée dans le top-10.

La course n’a pas connu de neutralisation durant son premier tiers permettant à tous les pilotes d’effectuer le premier arrêt au stand sous régime de drapeau vert. En fait, il faudra attendre le trente-huitième tour et la crevaison du rookie Joey Coulter à l’avant droit pour voir les officiels sortir le premier drapeau jaune de l’année.

Si le top-5 décidait de rester en piste au moment de cette première neutralisation, nombre de pilotes repassaient par les stands pour faire un complément de carburant et chausser des pneumatiques neufs.

La relance était parfaitement gérée par les deux hommes de la Turner Motorsports, puisque Ricky Carmichael parvenait à se glisser derrière James Buescher dès la sortie du tri-ovale. Les deux hommes menaient le peloton qui se ceindra en deux aux environs de la vingt-cinquième place à peine deux trous après la relance, puis en trois et enfin en quatre, cinq boucles après le drapeau vert. Le premier pack étant alors composé de quatorze pilotes en file indienne.

Dès la mi-course James Buescher s’assurait des deux points de bonus pour le pilote ayant le plus mené, puisqu’excepté lui, personne n’avait coupé la ligne de départ/arrivée en tête.

Au cinquante-quatrième tours les officiels étaient contraints de neutraliser la course pour la deuxième fois après qu’une partie de la carrosserie du truck n°07 de Donnie Neuenberger se soit retrouvée sur la piste.

Bien qu’il soit impossible de ralier l’arrivée avec un seul plein d’essence, tous les pilotes décidaient de repasser par la voie des stands pour remplir le réservoir et James Buescher était contraint de s’incliner à la sortie des stands. Il ressortait en deuxième position derrière Timothy Peters et devant Ricky Carmichael.

Dès la relance Carmichael se rabattait à l’intérieur entre Peters et Carmichael. La file extérieure rencontrait toujours autant de difficultés à être aussi rapide que l’intérieur.

La troisième neutralisation était sortie à trente-cinq tours de l’arrivée après que Justin Marks soit aller frotter le muret extérieur, son capot moteur s’étant détaché sur son pare-brise lui masquant ainsi toute visibilité.

Dès l’ouverture des stands l’intégralité des pilotes dans le tour s’y jetait pour un nouveau gas’n’ go. Clay Rogers relançait en tête devant Rick Carmichael qui mettra un demi-tour à prendre la tête de l’épreuve.

Il faudra attendre les trente derniers tours pour voir la course monter en intensité avec une ligne extérieure enfin rapide qui permettra à Elliott Sadler de venir prendre la tête.

Le big one tant attendu interviendra à une vingtaine de tours de l’arrivée et impliquera une quinzaine de trucks dont le quadruple champion Ron Hornaday Jr.. Alors à l’intérieur Travis Kvapil était victime d’une crevaison à l’amorce du virage n°1 qui le forçait à remonter sur l’ovale, et les pilotes à l’extérieur ne purent rien faire pour l’éviter.

Outre Hornaday, Matt Crafton, Chris Fontaine, Todd Bodine ou encore la rookie Johanna Long étaient impliqués à des degrés différents dans cet accident.


Lors de la relance Elliott Sadler conservait la tête après avoir lutté avec le double vainqueur des Daytona 500, Michael Waltrip.

Max Papis était à l’origine de la cinquième neutralisation après qu’il ait poussé Justin Lofton ce dernier percutant David Starr. Les deux hommes piègeront Todd Bodine qui avait pu repartir après quelques réparations. Jennifer Jo Cobb parvenait à éviter l’accident en plongeant dans la voie des stands.

Elliott Sadler relançait en tête sur la ligne intérieure alors que la ligne extérieure était clairement l’endroit où il ne fallait pas être tant il était difficile de lutter avec les pilotes présents à l’intérieur.

Ce n’est que sous l’impulsion de Kyle Busch à sept tours du but que la ligne extérieure commençait à ressembler quelque chose. Kyle Busch et Chris Fontaine remontait le peloton jusqu’à la hauteur de la deuxième place avant que la surchauffe du moteur de Kyle ne le force à se déporter sur l’extérieur, créant par la même occasion un vent de panique dans le peloton. Il en résultat un big one impliquant tout le peloton restant, exceptés six pilotes !

Austin Dillon, Kyle Busch, Chris Fontaine, Todd Bodine, Brad Sweet, Aric Almirola, James Buescher, Parker Kligerman, autant de noms qui voyaient leurs espoirs de victoire s’envoler avec cet accident.

Miguel Paludo et Ricky Carmichael parvenaient à échapper au carnage bien que dans le milieu du peloton au moment des faits. Le dernier cité passera quand même par les stands pour vérifier que la carrosserie n’était pas tordue.

Elliott Sadler et Michael Waltrip, aux deux premières places n’étaient quant à eux pas inquiétés. La NASCAR sera contrainte de sortir le drapeau rouge pendant une dizaine de minutes pour évacuer toutes les épaves présentes sur la piste.

id Phasellus leo fringilla lectus pulvinar ut ipsum Praesent