Ce jour de 1988 où Kulwicki inventa le Polish Victory Lap

Pour beaucoup de fans lorsque l’on évoque les noms de Bill Elliott, Davey Allison et Alan Kulwicki ils pensent à cette dernière manche de la saison 1992 de NASCAR Sprint Cup Series disputée sur l’ovale d’Atlanta, lorsque ce trio jouait le titre de champion ; pourtant ce n’était pas la première fois que leur destin était lié.

Quatre ans plus tôt, un certain dimanche 6 novembre 1988 sur l’ovale de Phoenix, pour la première venue de la Sprint Cup sur le Desert Mile, mais aussi l’avant-dernière épreuve de la saison les trois hommes s’expliquaient pour la victoire.

Alan Kulwicki a décroché le titre de rookie de l’année en 1986 et compte quatre poles à son actif ainsi que deux places de deuxième, mais n’a encore jamais rejoint la Victory Lane. La question n’est pas de savoir si le pilote originaire du Wisconsin va un jour s’y rendre, mais plutôt quand ?

En début d’épreuve Rusty Wallace était le pilote à battre. Alan Kulwicki était de son côté embêté avec un écrou coincé dans la voie des stands lors d’un ravitaillement, ce qui signifiait que pour un run il n’aurait que trois pneumatiques neufs, contre quatre à ses adversaires. Une fois de plus le destin semblait s’acharner sur le pilote de la Ford Thunderbird n°7.

Mais voilà, Rusty Wallace a flanché, laissant la tête de l’épreuve à Ricky Rudd. Alors qu’il ne restait que vingt-cinq boucles à couvrir, un tuyau du radiateur de Ricky Rudd cédait forçant le pilote de la Buick n°26 a abandonner à quelques encablures de l’arrivée alors qu’il était le pilote qui avait le plus mené avec 186 boucles passées en première position.


Ce retrait permettait au pilote/propriétaire de prendre la tête de l’épreuve, il coupera finalement la ligne d’arrivée avec 18,5 secondes d’avance sur le deuxième, Terry Labonte. Davey Allison coupait la ligne d’arrivée en troisième position devant Bill Elliott et Rusty Wallace. Cette quatrième place d’Elliott lui permettait de conserver la tête du classement général avant la dernière course de la saison du côté d’Atlanta où il sera sacré champion deux semaines plus tard.

Mais l’important était ailleurs, Alan Kulwicki avait enfin vaincu le signe indien en remportant sa première course de NASCAR Sprint Cup Series et pour célébrer sa victoire, il effectuait un tour de l’ovale à l’envers afin de saluer les fans présents. Il baptisera ce tour le Polish Victory Lap, il l’effectuera à quatre autres reprises durant sa carrière dont une nouvelle fois à Phoenix.

Quatre ans plus tard, la course de Phoenix était toujours l’avant-dernière de la saison et Atlanta était la grande finale. Davey Allison avait remporté l’épreuve de Phoenix et Kulwicki s’était classé quatrième. Tout se joua lors de la finale et c’est finalement Kulwicki qui emporta le championnat avec dix points d’avance sur le champion 1988.

Sed massa Donec risus Aenean amet, fringilla id, at in