Jeff Gordon retrouve le chemin de la victoire à Phoenix

Dimanche, pour la première fois depuis le mois d’avril 2009, Jeff Gordon n’a pas simplement piloté pour lutter contre la faim dans le monde (son sponsor principal cette saison), mais également pour gagner.

En s’imposant avec la manière dimanche lors des Subway Fresh Fit 500 sur le Phoenix International Raceway, le pilote de la célèbre Chevrolet n°24 a mis fin à une série de 66 courses sans victoire. Sur la ligne il a devancé de 1.137 seconde Kyle Busch, l’homme en forme du week-end.

Gordon ne s’était plus imposé en NASCAR Sprint Cup depuis l’épreuve du Texas en avril 2009, sa plus longue série de course sans victoire en carrière. Mais avec ce nouveau succès sur l’ovale très particulier de Phoenix, le quadruple champion de la NASCAR totalise désormais 83 victoires en carrière et rejoint ainsi la légende Cale Yarborough à la cinquième place du classement des pilotes les plus victorieux dans l’histoire de la discipline.

Cette victoire est également la première de Gordon avec son nouveau crew chief Alan Gustafson avec lequel il est associé depuis le début de la saison.

“Pincez moi ! Pince moi” déclarait Gordon après avoir explosé sur moteur lors d’un burnout surpuissant dans la ligne droite avant effectué pour célébrer une victoire qui se faisait attendre depuis trop longtemps.

Jimmie Johnson, le coéquipier de Gordon à la Hendrick Motorsports et quintuple champion en titre de la NASCAR a terminé la course à la troisième place après s’être élancé depuis la 28ème position sur la grille. Kevin Harvick a terminé quatrième et semble avoir déjà laissé derrière lui sa 42ème lors des Daytona 500. Ryan Newman a lui terminé cinquième de cette deuxième course de la saison 2011 de NASCAR Sprint Cup.

Kasey Kahne, Tony Stewart, Kurt Busch, AJ Allmendinger et Dale Earnhardt Jr. ont complété le Top-10.

Gordon a pris la tête du peloton au 304ème des 312 tours de la course et a ensuite résisté à Busch qui cherchait à réaliser un deuxième sweep en carrière. Le pilote de la Toyota n°18 s’était en effet imposé la veille en NASCAR Nationwide Series et deux jours plus tôt en Truck Series.

Mais dimanche, alors qu’il semblait en mesure de réaliser le même exploit qui celui effectué au mois d’août 2010 à Bristol, Busch a du s’incliner face à un Gordon de retour au premier plan. Ce dernier n’a laissé aucune chance à son rival en effectuant un dépassement à l’intérieur imparable.

Busch pourra sans aucun doute se consoler en regardant le classement général puisque c’est désormais lui qui est en tête du championnat avec trois points d’avance sur son frère Kurt.

Comme à son habitude, Gordon a réussi à s’imposer en évitant les divers accidents qui ont ponctué cette course, en particulier le ‘Big One’ ayant impliqué 13 voitures dans la ligne droite arrière au 67ème tour.

Un petit contact entre la Ford de Matt Kenseth et la Toyota de Brian Vickers a déclenché une crevaison sur la voiture de ce dernier. Vickers a alors perdu le contrôle de sa voiture n°83 déclenchant une réaction en chaîne avec Clint Bowyer, Jeff Burton, Jamie McMurray, David Reutimann, Casey Mears, Travis Kvapil, David Gilliland, Bobby Labonte, Regan Smith, Andy Lally et Robby Gordon.

Cet accident spectaculaire n’est pourtant pas celui qui a fait le plus parler durant cette course. Moins de 10 tours avant ce ‘Big One’, une touchette entre Kyle Busch et Carl Edwards, poleman de l’épreuve, a envoyé la Ford n°99 dans le mur du virage n°3. Leader du championnat après Daytona, Edwards a finalement terminé la course à la 28ème place à 52 tours du leader.

Le plus surprenant suite à cet accident restera quand même les excuses de Busch qui a reconnu avoir fait une erreur et être responsable de l’accident d’Edwards – une première !

lectus risus mi, diam id, quis Praesent non felis