Tony Stewart peut se consoler avec la tête du classement général

En 2010 Jeff Gordon disposait de la meilleure voiture lors de l’épreuve de Las Vegas, mais lors du dernier arrêt ravitaillement il n’avait pris que deux pneumatiques neufs, offrant la victoire sur un plateau à son équipier Jimmie Johnson qui en avait pris quatre.

Cette année c’est Tony Stewart qui était au-dessus du lot lors des Kobalt Tools 400 et lors du dernier arrêt ravitaillement, à une trentaine de tours du but, il a pris quatre pneumatiques alors que Carl Edwards en a pris deux. Ce dernier s’est finalement imposé en résistant au retour de Stewart dans les dernières boucles.

L’ovale de Las Vegas est l’une des rares pistes sur lesquelles Tony Stewart ne s’est jamais imposé en NASCAR Sprint Cup Series, les deux autres étant Darlington et le Kentucky, piste sur laquelle la Sprint Cup va se rendre pour la première fois cette année.

Après avoir mené à quatre reprises pour 163 boucles en tête, Tony Stewart semblait être bien parti pour décrocher la victoire. Son dernier arrêt se passait bien, puisqu’en moins de quatorze secondes ses mécaniciens avaient changé les quatre pneumatiques et rempli le réservoir. Le double champion de la NASCAR Sprint Cup Series avait abordé la dernière salve d’arrêts en tête avec un matelas de trois secondes d’avance sur Carl Edwards, mais ce dernier ne prenant que deux pneumatiques ressortait en tête avec un peu plus de deux secondes d’avance sur Juan Pablo Montoya deuxième et trois sur Stewart redescendu à la troisième place.


Une fois le Colombien avalé, Stewart pouvait se lancer à la poursuite d’Edwards. Problème il restait à peine dix tours à couvrir et l’écart était de plus d’une seconde et cinq dixièmes. S’il parvenait à combler quelque peu le déficit, il ne pourra rien faire pour contrer le pilote de la Roush Fenway Racing et se classera deuxième à 1,246 seconde.

Très déçu à l’arrivée de la course, Stewart peut néanmoins se consoler avec la tête du classement général qu’il partage avec Kurt Busch. Quand on sait que le pilote/propriétaire n’est pas réputé pour être un homme du début de saison, ses adversaires ont de quoi s’inquiéter de le voir prendre la tête aussi tôt dans la saison.

commodo tristique Aenean felis elit. dapibus dolor Sed