Repartir du bon pied à Bristol

Bristol est un lieu unique, une piste sur laquelle nombre de pilotes souhaite ajouter son nom au palmarès. Jeff Gordon s’y est déjà imposé à cinq reprises, pourtant son dernier succès remonte à la saison 2002.

Jeff Gordon : “Bristol est la piste ultime et le regretté Jeff Byrd y a fait un travail incroyable. Courir ici depuis cinquante ans est un exploit. Pour moi ce n’est pas juste cinquante ans de courses, c’est surtout certaines des meilleures courses qu’il y ait eues.”

Le quadruple champion confie également que rien de tel pour apprendre à piloter à Bristol que de voir les autres courir depuis le haut des tribunes.

Jeff Gordon : “Quand je roulais en Nationwide j’allais dans la tribune réservée aux spotters et je regardais rouler les Ernie Irvan et autres Dale Earnhardt, Darrell Waltrip, Davey Allison lors des courses nocturnes. C’était une expérience intéressante pour moi que de suivre les courses comme les fans. Bien que je ne le fasse plus aujourd’hui, Bristol est vraiment l’expérience ultime, tant pour les fans que pour les pilotes.”

Lors de l’épreuve de Phoenix, Jeff Gordon a remporté son quatre-vingt-troisième succès en carrière, mais son début de saison reste chaotique avec des accidents à Daytona et Las Vegas. Avec cinq poles, cinq victoires, quatorze top-5 et vingt top-10 obtenus sur le Bristol Motor Speedway, l’ovale du Tennessee semble être l’endroit idéal pour rebondir quand on s’appelle Jeff Gordon. Mais voila la grande majorité de ses bons résultats a été obtenue avant que l’ovale ne soit reconfiguré en 2007 et l’écurie n°24 va tout faire pour inverser la tendance.

Jeff Gordon : “Nombre de nos succès sont intervenus sur le ‘vieux’ Bristol. Cependant, même si les changements effectués il y a quelques années ont été légers, cela a suffit à changer le déroulement des courses. En tant que pilote j’apprends de cette piste à chaque fois que je m’y rends. Après avoir discuté avec Alan Gustafson et le reste de l’équipe, j’espère que nous pourrons de nouveau jouer la gagne.”

Par le passé à Bristol il n’y avait qu’une seule trajectoire, la corde, ainsi pour dépasser il ne fallait pas hésiter à pousser voir à s’appuyer sur son adversaire. Depuis 2007 et l’instauration de l’inclinaison progressive dans les virages, les pilotes ont le choix entre plusieurs trajectoires, ce qui offre plus de mano à mano aux spectateurs, cependant cela ne signifie pas que les poussettes ne sont plus d’actualité.


Bristol est une piste qui a réussi à Jeff Gordon par le passé avec quatre victoires consécutives lors de l’épreuve du mois de mars entre 1995 et 1998, mais depuis 2002 et sa victoire lors de la course nocturne, les résultats de Gordon à Bristol ne sont plus aussi bons. Une chose est sûre, avec près de quarante points de retard sur les leaders et une dix-neuvième place au classement, Jeff Gordon ne doit plus laisser filer de points en route sous peine de voir le top-10 et une qualification automatique pour les playoffs s’échapper.

Ce week-end Jeff Gordon aura de nouveau fort à faire pour aller chercher la victoire, puisque les frères Busch sont très à l’aise sur cette piste. Kurt compte cinq victoires, soit une de plus que son frère Kyle. Tony Stewart, très en vue depuis le début de la saison et qui a raté la victoire en fin d’épreuve à Las Vegas voudra se racheter et concrétiser sa domination tandis que certains pilotes déjà en difficulté après trois courses devront également sortir une course référence sous peine de perdre tout espoir de bien figurer au classement.

quis, libero. ipsum sit risus efficitur. risus. Nullam vel, venenatis, fringilla