Un dépassement dans le dernier tour offre la victoire à Kevin Harvick

Kevin Harvick, qui a grandi à moins de 200 kms de l’Auto Club Speedway dans la ville de Bakersfield a pris l’avantage sur Jimmie Johnson dans le dernier tour des Auto Club 400 pour remporter sa première victoire sur ce circuit de 2 miles.

Harvick s’est imposé dimanche en NASCAR Sprint Cup Series au volant de la Chevrolet n°29 grâce à une superbe attaque à l’extérieur dans les virages n°3 et n°4 pour finalement couper la ligne avec seulement 0.144 seconde d’avance sur le quintuple champion de la NASCAR.

Reparti cinquième lors du restart à neuf tours du drapeau à damier, Harvick a effectué un festival pour se retrouver à la lutte pour la victoire dans les deux derniers tours. Cette victoire est la première de la saison pour le pilote de la Richard Childress Racing et la 15ème de sa carrière. Elle lui permet de gagner six places au classement général et de rentrer dans le Top-10 synonyme d’une qualification pour les playoffs.

Kyle Busch, qui a mené le plus grand nombre de tours avec 151, a coupé la ligne en troisième position devant Matt Kenseth et Ryan Newman. Carl Edwards, Clint Bowyer, Brian Vickers, Kasey Kahne et l’auteur de la pole position Juan Pablo Montoya ont complété le Top-10. Grâce à ce nouveau bon résultat, Edwards prend la tête du classement général et compte désormais neuf points d’avance sur Newman.

Busch a conservé la tête du peloton jusqu’au 198ème tour quand Johnson l’a dépassé par l’intérieur. Mais le duel entre les deux hommes a permis à Harvick de refaire son retard et de se placer en embuscade.

Une neutralisation au 185ème des 200 tours provoquée par le crevaison de Bobby Labonte et son contact avec le mur du virage n°4, a forcé les crew chiefs à faire des choix stratégiques.
Avec la voiture de Labonte qui bloquait l’entrée de la ligne des stands, les pilotes n’ont pas pu rentrer avec le 189ème tour.

Busch, Johnson, Tony Stewart, Bowyer, Harvick, Newman et Edwards ont alors choisi de rester en piste durant cette neutralisation alors que Kenseth et quelques autres voitures décidaient de rentrer.

Kevin Harvick :
“Plus nous faisions de tours avec nos pneus, mieux nous étions sur la piste, mais j’étais vraiment nerveux quand on m’a dit de ne pas rentrer. Mais cela a fonctionné et nous avons réussi à revenir sur l’avant du peloton.”

“Gil (NDLR: Gil Martin son crew chief) savait bien ce qu’il faisait et il a fait le bon choix pour nous.”

C’est sans aucun doute la bataille entre Johnson et Busch qui a ouvert la porte à Harvick dans le dernier tour – le seul qui compte pour la victoire.

Jimmie Johnson :
“Si j’avais pu dépasser la n°18 un tour plus tôt, peut-être que les choses auraient été différentes. J’aurai eu assez d’avance pour résister à la n°29, mais il était vraiment trop proche de moi en fin de course. J’ai fait tout ce que j’ai pu. Je crois d’ailleurs que j’ai touché dans le virage n°2 lors de ma lutte avec Kyle.”

Après un cycle de ravitaillements débuté par Busch au 138ème tour, le pilote de la Toyota n°18 comptait presque 7 secondes d’avance sur Stewart qui semblait en mesure de revenir petit à petit sous drapeau vert. Stewart était d’ailleurs revenu à moins de 2 secondes du leader quand un nouveau cycle de passages par les stands à été lancé permettant à Busch de reprendre un peu d’air.

Andy Lally est parti en tête à queue au 170ème tour forçant les officiels à sortir le troisième drapeau jaune de la course et regroupant ainsi le peloton derrière Busch. Busch et Stewart sont repartis côte à côte lors du restart, mais la Toyota a une nouvelle fois pris l’avantage pour compter une demi seconde d’avance après trois tours.

Ancien leader du classement général, Kurt Busch a perdu deux places au championnat en terminant 17ème et compter maintenant 10 points de retard sur Edwards.

adipiscing ut luctus nunc amet, libero ante. eleifend libero odio tempus sit