Kevin Harvick au bout d’un final incroyable !

Kyle Busch avait beau relancer en tête à trente tours de l’arrivée, il n’a pas pu résister aux attaques de Dale Earnhardt Jr. qui a pris la tête de la course sous les encouragements nourris de la foule. Malheureusement pour le pilote de la Chevrolet n°88 de la Hendrick Motorsports, il n’allait pas mettre fin à sa série de 98 courses sans victoire.

Dale Earnhardt Jr. semblait bien parti pour aller décrocher la victoire, mais c’était sans compter sur ce diable de Kevin Harvick qui a réussi à remonter mètre par mètre sur Dale Jr. avant de le bumper pour aller prendre définitivement la tête.

Dale Earnhardt Jr. parviendra à résister à Kyle Busch dans les derniers mètres de l’épreuve. Juan Pablo Montoya s’est classé quatrième devant Jeff Gordon qui a perdu toute chance de victoire lors de la dernière neutralisation à trente-cinq tours de l’arrivée alors qu’il venait de plonger dans la voie des stands pour ravitailler.


Le reste du top-10 des Goody’s Fast Relief 500 est composé de Matt Kenseth, Jamie McMurray, David Ragan, Clint Bowyer et Mark Martin.

Les deux grands favoris de la course, Jimmie Johnson et Denny Hamlin terminent aux portes du top-10 en onzième et douzième position respectivement. Le quintuple champion de la NASCAR s’est fait prendre en excès de vitesse lors de la dernière neutralisation et est reparti avant-dernier dans le tour, onzième et n’a pu remonter. Pour Denny Hamlin il a lancé la seconde salve de ravitaillement sous drapeau vert à quarante tours de la fin avant que la neutralisation ne sorte. Il pourra récupérer son tour de retard quand les leaders se sont arrêtés sous drapeau jaune, mais le mal était fait. Les deux hommes sont les deux derniers dans le tour du leader.

C’est sous le soleil que le départ des Goody’s Fast Relief 500 était donné. Du fait de sa pole position Jamie McMurray a choisi l’intérieur, ce qui lui a permis de prendre la tête dès les premiers tours de roues.

Le premier coup de théâtre intervenait dès le huitième tour avec Matt Kenseth qui était contraint de repasser par les stands pour avoir changé de file lors du départ. La pénalité l’envoyait en dernière position à un tour du leader. Il lui faudra attendre le vingt-sixième tour pour revenir dans le tour du leader.

Durant la première moitié de la course les favoris se sont montrés tour à tour en tête avec Kyle Busch, Jeff Gordon, Denny Hamlin et Jimmie Johnson.

La course aura été marquée par l’accident impliquant Kasey Kahne et Martin Truex Jr. au tour 226 après que l’accélérateur de la Toyota n°56 de la Michael Waltrip Racing soit resté collé. Cet accident sera la cause d’une interruption de la course de plus de vingt minutes afin de permettre aux officiels de réparer le mur SAFER fortement endommagé par l’impact de la voiture du double champion Nationwide.

Cette épreuve aura été très difficile pour Tony Stewart qui a été pénalisé pour vitesse excessive dans les stands et n’aura jamais été en mesure d’être un facteur pour la gagne. Le double champion de la NASCAR Sprint Cup Series termine finalement à la trente-quatrième place à trente-huit tours.

Il faudra attendre la mi-course pour voir enfin une longue série de tours sous drapeau vert qui débouchera sur la première des deux salves de ravitaillements à ne pas être sous drapeau jaune.

C’est Denny Hamlin, leader à ce moment là, qui lançait la valse de ravitaillements sous drapeau vert. Bien que Brad Keselowski aille frotter le muret, les officiels n’ont pas sorti le drapeau jaune préférant laisser le cycle de ravitaillement s’effectuer sous drapeau vert.

La période des ravitaillements s’est étalée sur une vingtaine de tours et a permis à Kyle Busch de prendre la tête à Denny Hamlin avec plus de quatre secondes d’avance. Clint Bowyer, Jeff Gordon et Jamie McMurray complétaient le top-5.

Au 352ème tour, Kyle Busch s’était construit une avance de plus de six secondes avant que Trevor Bayne ne fasse une visite dans le mur, forçant les officiels à neutraliser la course pour la neuvième fois. Les leaders décidèrent de repasser par la voie des stands, sans que cela ne change les positions sur la piste.


Après une nouvelle neutralisation au tour 360, la course repartait alors pour une très longue séquence sous drapeau vert durant laquelle Jeff Gordon contrôlait en tête avant de se faire dépasser par Kyle Busch nettement plus rapide. Jimmie Johnson et Denny Hamlin se plaçaient en embuscade en troisième et quatrième position. Ce dernier ne semblait pas aussi fringuant qu’en début d’épreuve au fur et à mesure que se profilaient les cinquante derniers tours.

A quarante tours du but Denny Hamlin lançait la seconde série d’arrêts sous drapeau vert. Le pilote de la Joe Gibbs Racing avait besoin d’ajustements pour espérer aller chercher une quatrième victoire de suite sur le plus petit ovale inscrit au calendrier.

Au moment ou Jeff Gordon décidait de s’arrêter Regan Smith partait à la faute et était à l’origine d’une nouvelle neutralisation. Tous ceux qui ne s’étaient pas arrêtés en profitaient pour repasser par la voie des stands et coup de tonnerre pour Jimmie Johnson qui était pris en excès de vitesse dans les stands, ce qui lui coûtait cher puisqu’il était replacé à la fin des pilotes dans le tour.

Au classement général Kyle Busch fait la bonne opération du jour puisqu’il s’empare de la tête du classement général avec cinq longueurs d’avance sur Carl Edwards et douze sur Jimmie Johnson. Le reste du top-10 est composé de Kurt Busch, Kevin Harvick, Ryan Newman, Juan Pablo Montoya, Dale Earnhardt Jr., Matt Kenseth et Mark Martin.

felis consequat. sed dolor. suscipit Praesent ante. Curabitur luctus ut velit, Aenean