A quand la transparence dans les stands ?

En NASCAR la vitesse dans la voie des stands est établie en fonction de la piste. Ainsi à Martinsville c’était 30 mph. Cependant, la NASCAR accepte une tolérance de 5 mph. Ainsi tout pilote dont la vitesse est strictement inférieure à 35 mph n’était pas pris en excès de vitesse. Soit pour la tolérance, passons. Comme si cela n’était pas suffisant la NASCAR a découpé la ligne des stands en plusieurs segments et c’est la vitesse moyenne dans les segments qui prime. Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ?

Ainsi un pilote peu dépasser légèrement la vitesse maximale autorisée avec la tolérance, tant qu’il ne la dépasse pas sur la moyenne du segment, c’est souvent ce qui arrive sur le segment de l’emplacement du pit box et parfois sur celui d’après.

Lors de la dernière neutralisation de l’épreuve de Martinsville tous les leaders sont repassés aux stands pour un dernier ravitaillement, y compris Jimmie Johnson. Ce dernier a été pénalisé pour une vitesse excessive en entrant aux stands. La pénalité est tombée telle un couperet lorsque Johnson est revenu en piste. Le pilote de la Hendrick Motorsports est reparti depuis l’avant-dernière position dans le tour, la onzième, mettant fin à toute ses chances de victoires.

La même mésaventure était arrivée à Juan Pablo Montoya à Indianapolis en 2010 alors que ce dernier était bien parti pour remporter sa première course en carrière sur ovale. Le Colombien était même aller jusqu’à jurer sur la vie de sa femme et de ses enfants qu’il n’y était pour rien allant même jusqu’à dire que la NASCAR l’avait arnaqué.

Lors de l’épreuve d’Indianapolis la NASCAR avait déclaré que Montoya avait été contrôlé en infraction à deux reprises. Du côté de Martinsville Johnson a été contrôlé à 35,53 mph de moyenne dans le segment incriminé.


Dès qu’un pilote est en excès de vitesse une alerte s’affiche sur l’ordinateur de contrôle de la NASCAR, mais voilà seule la NASCAR a accès à ces données. Les voitures ne sont pas équipées d’un compteur tachymétrique afin de déterminer avec précision la vitesse du véhicule. Les équipes sont obligées de se baser à la vitesse de rotation du moteur.

Un peu plus de trois heures après la course de dimanche, Jimmie Johnson a lancé le débat sur son compte Twitter avec la petite phrase suivante : “Si la NASCAR veut éliminer la controverse concernant les vitesses dans les stands, elle n’a qu’à les rendre publiques pour tout le monde.”

En réalisant cette opération la NASCAR serait transparente vis-à-vis de toutes les équipes ainsi que des spectateurs et des téléspectateurs. Réputée pour être à l’écoute de ses fans et de ses pilotes, la NASCAR réagira-t-elle à la remarque du quintuple champion de la NASCAR ? Réponse dans les prochains jours.

dolor. ultricies tempus Phasellus risus. libero velit,