Un second Français en IndyCar avec Bourdais !

Cocorico ! Reniée par la Formule Un, la France trouve son salut dans la discipline rivale : en IndyCar.


Suite à l’accrochage avec Graham Rahal dont a été victime la Brésilienne Ana Beatriz à St. Petersburg en Floride, Simon Pagenaud effectuera son retour en monoplace du côté des Etats-Unis pour le compte de l’écurie Dreyer & Reinbold Racing. Le Français prendra le volant de la monoplace numéro #24 et fera équipe avec Justin Wilson.

Reconnu de tous pour ses qualités d’adaptation et de grand metteur au point, Pagenaud a été à de nombreuses reprises en contact avec Gil de Ferran à propos d’une éventuelle signature dans son écurie d’IndyCar. Malheureusement le français ne disposait pas du budget nécessaire et a dû se satisfaire de l’ALMS en guise de roue de secours avec à la clé un titre de champion. Pourtant Pagenaud n’a jamais été oublié et il se murmure qu’il fait partie de la liste des favoris pour mener à bien le développement du futur moteur Honda V6 qui sera engagé en 2012.

Agé de 26 ans, le natif de Poitiers a débuté sa carrière en karting en 1994 et a couru dans cette discipline jusqu’en 1999. De 2000 à 2004 il a participé à différentes catégories en automobile et a remporté le titre dans le volant ELF en 2000. En 2001 il passe en Formule Campus et se classe deuxième et accède un an plus tard à la Formule Renault 2L. Il terminera deuxième du championnat Eurocup en 2004 derrière l’Américain Scott Speed.

Passé en World Series by Renault en 2005, ses résultats ne se montrent pas à la hauteur de ses espérances et de son talent. Il décide donc de traverser l’Atlantique en 2006 et s’engage en Formule Atlantic avec le Team Australia bâti sur les cendres de l’écurie Walker Racing à l’époque engagée en CART puis ChampCar. Ses débuts sont tonitruants et il décroche le titre de champion au terme d’un duel passionnant avec le très jeune et prometteur Graham Rahal. Le titre en poche avec en plus les 2 millions de dollars offerts au champion, il s’engage en ChampCar avec la même écurie et rejoint son compatriote Sébastien Bourdains. Huitième du championnat en 2007, il ne parvient pas à trouver un volant l’année suivante alors que l’IRL et le ChampCar enterrent la hache de guerre.

C’est désormais chose faite (il est vrai pour une seule course) et Pagenaud arrive sur un circuit qui met à l’épreuve les capacités de metteur au point des pilotes. Un terrain de jeu certes difficile mais qui devrait convenir au Français qui pourrait bien en profiter pour se faire remarquer et donner des idées à plusieurs patrons d’écuries.

dolor et, Sed id in ultricies facilisis ante. nec justo