Rebondir ou couler

La saison 2010 de Brad Keselowski a été contrasté. D’un côté il était intouchable en NASCAR Nationwide Series, alors que de l’autre il était à la rue en Sprint au volant de la n°12 de la Penske Racing. Les changements demandés en Cup n’ont que peu influé sur le pilote Penske, puisqu’il lui faudra attendre l’épreuve de Martinsville pendant le Chase pour signer son premier top-10 de la saison. Il en signera un second le week-end suivant et c’est à peu près tout. Il y aura bien une pole à se mettre sous la dent au New Hampshire, mais pas de quoi affoler les statistiques.

Brad Keslowski voulait plus de moyens, il en a eu. L’écurie est passée de trois à deux structures (adieu Sam Hornish Jr.), Keselowski passant dans la n°2 à la place de Kurt Busch, celui-ci passant dans la n°22. Brad Keselowki a voulu travailler en Cup avec le chef d’équipe qui lui a tant réussi en Nationwide l’an dernier, Paul Wolfe, là encore le Capitaine a cédé à son caprice.

Mais voila après six courses les résultats se font toujours attendre. Sa ligne de statistiques est pour le moment vierge à l’exception de son abandon à Daytona pour l’ouverture de la saison. Lors des cinq autres courses il n’a pas fait mieux que quinzième, c’était à Phoenix et ne compte qu’une arrivée dans le tour du leader, dix-huitième à Bristol. Sa dix-neuvième place à Martinsville le week-end dernier est son troisième et dernier top-20.

Brad Keselowski : “Nous avons eu de bonnes voitures lors des six premières courses, mais nous n’avons pas pu transformer ça en bons résultats. Bristol et Martinsville étaient deux pistes sur lesquelles nous pouvions rouler devant et nous avions la voiture pour le faire, mais les circonstances n’ont pas joué en notre faveur. Tout le monde dans l’équipe reste positif et si nous continuons nos efforts je suis confiant, nous verrons nos résultats s’améliorer.”

Des résultats bien maigres donc et une vingt-cinquième place au classement général. Pour un pilote dont les moyens sont sans commune mesure mesure comparables à ceux de la saison dernière c’est très décevant et le Texas représente déjà la dernière occasion de lancer sa saison. Une énième déconvenue sonnerait comme un désaveux pour celui qui incarne l’avenir de la Penske Racing au plus haut niveau.

Pour l’épreuve de Fort Worth l’écurie a amené le châssis PRS-745 celui-là même avec lequel il s’était classé vingt-sixième de l’épreuve de Las Vegas à deux tours du vainqueur. Dixième des premiers essais hier, cela peut paraître encourageant pour Keselowski, mais il ne faut pas oublier d’une part qu’il s’agit de la première séance d’essais et d’autre part qu’il était neuvième de la première séance d’essais à Las Vegas, pour le résultat que l’on connaît le dimanche.

Brad Keselowski : “Le Texas est une piste unique avec une surface unique. Au premier abord il semble que ce soit un ovale d’un mile et demi classique, mais les transitions pour entrer et sortir des virages sont différentes de celles de Charlotte, de Las Vegas ou de n’importe quel autre ovale d’un mile et demi. Il y a beaucoup d’inclinaison dans les virages, la vitesse est donc importante en entrée et au milieu, mais vous en perdez en sorti quand la piste redevient plate. C’est difficile car normalement vous avez la même vitesse et le même grip en entrée qu’en sortie. Vous devez ajuster et à 180 mph c’est parfois délicat. Il est facile de se retrouver en difficulté notamment à la sortie du virage n°2.”


Même son de cloche du côté de Paul Wolfe, qui estime que le virage n°2 est l’endroit le plus difficile de l’ovale. Ce l’est d’autant plus que des bosses sont présentes, ce qui rend le travail du pilote encore plus complexe.

Paul Wolfe : “Le Texas est un endroit avec beaucoup de caractéristiques uniques. Le virage n°2 présente des bosses. La piste a vieilli et le grip est devenu un facteur important en fin de run. Nous voulons régler la voiture pour être rapide à l’intérieur, mais il y a toujours de la flexibilité dans les réglages pour pouvoir rouler sur d’autres trajectoires. Nous avons apporté des améliorations significatives à ce châssis ces dernières semaine. Nous avons passé les deux premières jours de la semaine à tester alors j’espère que les informations récoltées vont nous aider. Brad a montré sa faculté à bien se débrouiller sur les ovales d’un mile et demi, je pense que nous aurons un bon week-end.”

adipiscing quis eget venenatis Phasellus Donec