Matt Kenseth met fin à plus de deux ans de disette

Lors des Samsung Mobile 500 disputés sur le Texas Motor Speedway il y avait Matt Kenseth et il y avait les autres. Le pilote de la Roush Fenway Racing, champion en 2003, est allé cherché sa dix-neuvième victoire en carrière en NASCAR Sprint Cup Series après avoir mené toute la course.

Kurt Busch aura beau tenté d’allonger au maximum son dernier relais, il n’a pu empêcher un retour aux stands à une dizaine de tours du drapeau à damier pour ravitailler, laissant ainsi le champ libre à Matt Kenseth, qui est allé décrocher son premier succès de l’année avec plus de huit secondes d’avance sur Clint Bowyer.

Cette victoire est également la première pour le pilote de la Roush Fenway Racing depuis la deuxième épreuve de la saison 2009 soit une série de soixante-seize courses sans victoire.

Le début de l’épreuve était à l’avantage de son équipier et poleman David Ragan, mais celui-ci allait devoir céder le commandement dès la première neutralisation causée par Tony Raines au dixième tour. Ragan et la majorité des leaders décidaient de s’arrêter, au contraire des deux pilotes Penske qui s’emparaient du commandement.

Malgré des pneumatiques plus vieux que leurs rivaux, les deux pilotes Penske faisaient plus que résister, puisque les deux hommes allaient mener jusqu’à la deuxième neutralisation de la course au quarante-septième tour.

La nuit commençait alors à tomber et le festival Matt Kenseth pouvait débuter. Le pilote Roush, allait à de rares exceptions être seul en tête avec une avance toujours considérable. Celle-ci montait même jusqu’à plus de treize secondes avant la quatrième neutralisation du jour, pour débris, au 210ème des 334 tours.

Cette domination de Kenseth avait pour effet de réduire à sa plus simple expression la liste des pilotes dans le tour. Ainsi des Denny Hamlin, Brad Keselowski, Jeff Gordon, Brian Vickers, Jamie McMurray, Kevin Harvick ou encore Kasey Kahne allaient rapidement se retrouver à un tour, puis pour la majorité d’entre-eux à deux sans jamais être capable de faire leur retard.

Clint Bowyer, a lui aussi passé toute sa course devant et aura même mené plus de quarante tours, profitant notamment du fait que Kenseth était vulnérable sur les relances, la voiture n°17 étant réglée pour les longues séquences sous drapeau vert.

Comme le week-end dernier Martin Truex Jr. a été impliqué dans un accident. Après avoir été déventé par Kevin Harvick il a terminé sa course dans le muret intérieur de la piste après avoir percuté le mur extérieur et Mark Martin. Regan Smith sera également une victime collatérale de l’accident.

Au final, Matt Kenseth s’impose devant Clint Bowyer, Carl Edwards, Greg Biffle, Paul Menard, Marcos Ambrose, David Ragan, Jimmie Johnson, Dale Earnhardt Jr. et Kurt Busch qui parvient à sauver un top-10 dans le dernier tour.


Plusieurs pilotes avaient calculé au plus juste leur consommation de carburant, dont Tony Stewart, qui est tombé en panne d’essence dans le dernier tour. Le double champion de la NASCAR Sprint Cup Series a pu terminer ces Samsung Mobile 500 en douzième position, soit dernier pilote dans le tour.

Au classement général Carl Edwards s’empare de la tête pour neuf points au détriment de Kyle Busch. La remontée de la semaine est à l’actif de Matt Kenseth qui gagne six places et se retrouve troisième à égalité avec Jimmie Johnson, tous deux étant à treize longueurs de la tête. Le top-10 est complété par Kurt Busch, Dale Earnhardt Jr., Ryan Newman, Juan Pablo Montoya, Kevin Harvick et Tony Stewart.

Avec Talladega qui se profile à l’horizon, nul doute que tout cela va (encore !) bien changer.

Praesent ipsum massa dapibus porta. Nullam