Ford durablement de retour aux affaires ?

En plaçant ses quatre pilotes dans le top-10 des Samsung Mobile 500 disputés sur le Texas Motor Speedway, la Roush Fenway Racing a réalisé un véritable tour de force, mais Ford a fait mieux en plaçant cinq voitures dans les dix premiers, le cinquième homme étant Marcos Ambrose.

En fait, des pilotes figurant dans les grosses structures équipées de moteur Ford seul A.J. Allmendinger s’est raté en ne se classant que dix-neuvième, à deux tours du vainqueur. Cependant, plus que la contre-performance d’Allmendinger, ce qu’il faut retenir c’est la bonne tenue des autres pilotes Ford. En effet, trois pilotes de la Roush Fenway Racing sont dans le top-4 de la course et seul Clint Bowyer, deuxième, a empêché le triplé. Le pilote de la Richard Childress Racing a d’ailleurs été le seul à se battre durablement avec les pilotes Ford.

Depuis le début de la saison 2011, que ce soit sur les ovales dits intermédiaires, ou les superspeedway, Ford y est un ton au dessus de ses adversaires. Sur les deux épreuves disputées sur des superspeedways Ford s’est imposé une fois avec Trevor Bayne aux Daytona 500. La marque à l’ovale bleu a d’ailleurs réalisé un triplé ce jour là. Alors que sur les ovales d’un mile et demi c’est deux courses pour deux victoires.

Preuve que Ford a gagné un compétitivité les poles réalisées par Carl Edwards, David Ragan ou encore Matt Kenseth. Autre argument les places à l’arrivée, Ford a toujours placé au moins un pilote dans le top-5 et deux pilotes dans le top-10 cette année à l’exception de l’ovale plat de Phoenix où seul A.J. Allmendinger, neuvième, était classé parmi les dix premiers.

Si le nouveau nez de la Ford Fusion semble particulièrement réussi et performant, le moteur FR9 semble être également un atout indéniable pour tous ces pilotes. Lors de sa conception l’équipe chargée de son développement avait clairement déclaré que Ford avait concentré ses efforts sur le refroidissement du moteur. Il aura fallu plus d’un an pour rendre ce moteur fiable en course (NDLR : du début du Chase 2009, à la fin de saison dernière), mais force est de constater que cette année tout fonctionne comme sur des roulettes pour les écuries Ford.


Ce week-end la NASCAR a rendez-vous à Talladega, une piste sur laquelle Chevrolet à la main mise au niveau des victoires et où Ford ne compte que deux succès depuis 2000, mais nul doute qu’avec l’avantage procuré par le refroidissement du bloc moteur, les écuries équipées de moteurs Ford auront un petit avantage, en tout cas d’un point de vue psychologique, sur leurs adversaires.

Les mois de mai et juin verront le retour de pistes sur lesquelles Ford a rencontré du succès par le passé, notamment les ovales du Michigan et de Pocono, pistes où la bonne santé du moteur y est capitale.

Si Ford parvient à maintenir le niveau qu’est le sien sur les ovales intermédiaires et les superspeedways, alors elle permettra à ses pilotes de se battre pour le titre en fin de saison, à condition que ceux-ci soient aussi capable de tirer le meilleur de leur monture sur les autres types de pistes.

Aenean eleifend Lorem justo nec non ipsum mattis risus ut facilisis