Will Power remet les pendules à l’heure en Alabama

Dominé par Dario Franchitti il y a deux semaines à St. Petersburg, Will Power s’était juré de rendre la monnaie de sa pièce au champion en titre ce week-end. Auteur de la Pole Position, l’Australien n’a laissé que des miettes à ses adversaires au terme de 90 tours qu’il a dominés de bout en bout.


A l’arrivée, Power s’est imposé avec une avance de trois secondes sur Scott Dixon et 16 secondes sur le vainqueur de la première course, Dario Franchitti. Marco Andretti a terminé quatrième devant un excellent Oriol Servia qui obtient son premier top-5 de l’année pour Newman/Haas Racing.

Cette cinquième place est le résultat d’un affrontement à distance avec Franchitti pour la quatrième position. Après la première fenêtre d’arrêts aux stands, l’Ecossais parvenait à déloger le pilote NHR de la quatrième position et s’en alla même jouer des coudes avec Ryan Briscoe après une série de neutralisations peu après la mi-course. Lors d’un restart au 41ème tour, le pilote Penske a attaqué le champion en titre au premier virage. Ce dernier ne voulant pas abdiquer, s’est porté à la hauteur de Briscoe au virage 2. Mais alors qu’il forçait quelque peu le passage, l’Ecossais heurta la roue arrière droite de Briscoe, obligeant l’Australien a levé le pied pour ne pas sortir de la piste. Une manoeuvre peu commune de la part de Franchitti qui semble avoir gagné en agressivité sur ces deux premières courses (après son dépassement musclé à St.Pete sur Power entre les virages 1-2-3).

La première neutralisation après la mi-course est intervenue après qu’Alex Tagliani ait perdu l’arrière de sa monoplace à l’entrée de la dernière chicane. Dans cette partie du circuit très délicate où les pilotes arrivent à plus de 120mph, le Canadien n’a rien pu faire pour corriger le délestage de son train arrière et le résultat fut immédiat : tête-à-queue ponctué par un blocage dans le bac à graviers. A ce moment, le pilote Sam Schmidt Motorsports se battait pour une place dans le top-10.

Le restart suivant cet incident a accouché de deux accrochages. Le premier a impliqué Justin Wilson et Mike Conway qui s’est fait percuter par l’arrière par le pilote Dreyer & Reinbold. Résultat des courses : Conway est allé frapper violemment la barrière extérieure à la sortie du virage 2 tandis que Wilson s’en est tiré avec un pneu arrière droit crevé. Mais alors que les pilotes avalaient la montée sans encombre, c’est au freinage de l’épingle qu’un autre accident survint. Tandis qu’Helio Castroneves (en difficulté toute la course avec les réglages de sa monoplace) passait Simona de Silvestro et E.J. Viso à l’intérieur lors d’une manoeuvre à trois de front, ce dernier fut victime d’un léger contact de la Suissesse et parti immédiatement en tête-à-queue. Mais au lieu de bloquer ses roues, le Vénézuélien a gardé le pied sur l’accélérateur et dans le panache de fumée que sa voiture dégageait, James Hinchcliffe se fit prendre au piège et dut mettre pied à terre. La troisième voiture impliquée dans cet accrochage fut de Silvestro. Forcée de s’arrêter en piste le temps que la voiture KV Racing Technology/Lotus soit dégagée, la Suissesse a fait preuve de patience pour remonter au fil de la course et sauver un superbe top-10 en terminant neuvième.

Suite à ce double accident, une légère période de drapeau vert s’en est suivie avant que Ryan Hunter-Reay (alors dans le top-10 suite à un coup stratégique) s’en aille accrocher Ryan Briscoe au virage 7, un endroit extrêmement rapide où personne ne tente de dépassement, éliminant de ce fait le pilote Penske. Durant le drapeau jaune qui a suivi, Danica Patrick en profitait pour rentrer aux stands en ne prenant que du carburant. Ce coup stratégique l’a fait grimper jusqu’à la troisième place. Mais la tactique n’a pas payé. A la relance, la pilote Andretti Autosport était une proie facile, la faute à ses vieilles enveloppes. Un tour après le restart, Patrick était déjà retombée à la sixième position avant de sombrer petit-à-petit pour terminer son chemin de croix en 17ème position.

La suite de la course s’est ensuite déroulé sans encombre (hormis un contact entre Wilson et Raphael Matos) et derrière nos cinq hommes de tête, le classement a accouché d’un top-10 assez inhabituel avec Tony Kanaan sixième (le Brésilien a gagné 18 positions), Helio Castrineves septième devant le premier français Simon Pagenaud qui effectuait son premier départ depuis son retour dans une monoplace US. de Silvestro et Charlie Kimball suivent ensuite pour fermer le top-10.

Enfin citons la bonne performance de l’autre Français, Sébastien Bourdais qui a su éviter les embûches en faisant parler l’expérience et qui place la monoplace numéro #19 de Dale Coyne au 11ème rang.

quis justo Lorem adipiscing felis non ut elit. id, Curabitur