Les pilotes d’IndyCar rendent hommage à Ayrton Senna

“Le hasard fait bien les choses” dirons certains, d’autres penseront que cette date était choisie volontairement… Peu importe. Ce dimanche 1er mai alors que les pilotes d’IndyCar s’affronteront dans les rues de Sao Paulo dans le cadre de la quatrième manche du championnat, quatre d’entre eux auront un surplus de motivation : Tony Kanaan, Vitor Meira, Helio Castroneves et Ana Beatriz.


Leur point commun ? La nationalité. Tous les quatre sont Brésiliens et tous les quatre portent dans leur cœur une idole, un modèle : Ayrton Senna. Lorsque le drapeau vert sera agitée, cela fera 17 ans jour pour jour que le triple champion du monde de Formule Un nous aura quitté lors d’une funeste course à St. Marin où tout semblait écrit à l’avance. Déjà 17 ans et pourtant, Senna est toujours aussi présent dans les mémoires, comme si le temps avait ralenti à défaut de s’être arrêté.

Si pour les pilotes âgés de 30 ans et plus, citer Senna comme leur modèle paraît tout-à-fait compréhensible (voir l’article paru sur les héros des pilotes d’IndyCar), il est en revanche surprenant d’entendre des jeunes pilotes d’une vingtaine d’années ou moins parler de Senna comme s’ils l’avaient vu à l’œuvre.

Voici les déclarations d’Ana Beatriz qui a débuté la compétition en karting quelques mois seulement avant sa mort :
Senna signifie beaucoup pour moi. Il est toujours une grande référence dans ce sport. Nous pouvons toujours regarder ses courses en vidéos et nous pouvons voir sa détermination et sa concentration lorsqu’il courait. Il est toujours un héros au Brésil et chacun se souvient de la date de sa mort et de son anniversaire. Courir le 1er mai et peut-être gagner la course au Brésil serait la manière parfaite de lui dire merci pour tout ce qu’il a fait pour nous.

Voilà ce qui différencie Senna des autres pilotes. La fascination qu’on lui porte tant pour son génie du pilotage que pour sa personnalité torturée. Car si le Brésilien arborait une sorte de carapace en public, sa véritable nature reprenait le dessus lorsqu’il était en privé ou dans un climat de confiance. Ainsi le champion révélait sa timidité, sa gentillesse, sa facétie et son amour pour les autres. Un personnage profondément humain, difficile à imaginer pour ceux qui ne connaissent que son attitude de guerrier en piste.

D’autres pilotes ont témoigné sur Senna à l’image d’Helio Castroneves :
Ca serait une victoire extrêmement importante pour moi parce qu’il était un héros non seulement pour moi, mais pour tout le Brésil. Je ferai tout mon possible pour m’assurer que ça arrive.

De son côté Vitor Meira arborera une décoration spéciale sur son casque remémorant les principaux faits d’armes de Senna en course :
Je me rappelle du 1er mai 1994, lorsqu’il est malheureusement décédé. C’est juste une manière de dire qu’il est toujours dans nos esprits. Je l’ai mis sur mon casque et voulait faire quelque chose de personnel pour tout le respect que j’ai pour lui et pour ce qu’il représente pour moi.

Le mot de la fin revient à Scott Dixon qui a pris le temps de se rendre au cimetière de Morumbi, à Sao Paulo où repose l’ex-pilote McLaren. Le Néo-Zélandais a publié sur son compte Twitter un message simple et pourtant si éloquent : “Un endroit si paisible dans une ville si agitée. Quelle légende !

id ut libero dolor. nunc ut commodo