Coup de sang de Kurt Busch lors de l’épreuve de Richmond

Quand Kurt Busch s’énerve, il n’y va pas avec le dos de la cuiller. Lors de l’épreuve Richmond sa voiture n’était pas compétitive, il s’en est d’abord pris à son équipe incapable selon lui de lui fournir une bonne voiture. Plus tard dans la course il a ostensiblement blâmé Tom German et ses lacunes en tant que directeur technique sur une fréquence radio mise à la disposition du public. Terminé ? Non ce n’était que l’échauffement.

Quand Kurt Busch a percuté Ryan Newman alors en tête à queue, le champion 2004 s’est laissé à quelques jurons pas piqués des hannetons. Cela aurait pu être amusant si la Penske Racing n’avait pas désespérément besoin de son pilote phare pour remettre de l’ordre dans une écurie qui est partie à la dérive il y a maintenant trop longtemps.

La Penske Racing n’a jamais gagné de championnat en Cup. Composée de trois équipes l’an dernier elle n’en a plus que deux après que Sam Hornish ait été rétrogradé à temps partiel en Nationwide pour cause de résultats on ne peut plus catastrophiques. Après un bon début de saison de Kurt Busch avec quatre top-10 en autant d’épreuves, l’optimisme était de mise et le passage à deux structures semblait avoir redonné une seconde jeunesse à cette écurie en mal de résultats.

Mais voilà, les résultats de Kurt Busch étaient l’arbre qui cache la forêt et le moins que l’on puisse dire est que le chantier est vaste, très vaste. Un seul top-10 lors des cinq dernières courses pour Busch qui se retrouve désormais à la sixième place du classement général avec quarante-six points de retard sur le leader.


Brad Keselowski, l’autre pilote de la Penske Racing ? Mieux vaut ne pas en parler. Aucun top-10, un abandon, c’était à Daytona, une seule course terminée dans le tour du leader à Bristol, la saison s’annonce encore plus sombre pour celui qui a réclamé plus de moyens la saison dernière. Roger Penske a cédé aux caprices du champion Nationwide 2010 durant l’inter-saison, inutile de dire donc que si des résultats probants ne sont pas enregistrés, la porte de sortie pourrait lui être toute indiquée. Car une chose est certaine, Kurt Busch ne remettra pas Penske sur le droit chemin tout seul. Il devra être aidé, à commencer par son coéquipier.

Depuis son arrivée à la Penske Racing Kurt Busch n’a gagné que huit fois et jamais plus de deux victoires en une saison, de plus l’écurie de Roger Penske est la seule à rouler en Dodge ce qui n’aide pas forcément à obtenir de très bons résultats quand il n’y a qu’un seul pilote pour développer le matériel.

Gageons pour le pilote Penske que ce coup de sang soit suivi d’effets et durables de préférence…

Donec libero elit. nunc elit. Nullam Aenean commodo in